Le carnet des rookies 5.0

Chaque semaine Clutch Time vous propose un petit focus sur les rookies afin de faire le point sur les bonnes ou mauvaises performances des débutants.

Nous connaissons désormais les jeunes joueurs invités à participer au Rising Star Challenge qui opposera les Etats-Unis contre les étrangers. Tandis que certains rookies continuent de se montrer à leur avantage, d’autres sont moins en réussite et doivent soigner leurs bobos. (les statistiques sont arrêtées au 05/02/20)

On a hâte de les voir au Rising Star Challenge

alleyoopquebec.com
Zion Williamson, PF, New Orleans : 7m, 19.6pts, 8rds, 2.1pds

Certains ont été surpris, voire désabusés en apprenant la sélection du N°1 de la draft pour ce match en soulignant le fait qu’il n’a joué que six matchs. Et pourtant, ses débuts dans la ligue sont plus que satisfaisants. Impossible pour la ligue de laisser le roi des “Highlights sur YouTube” passer un week-end tranquille loin de la grande fête de mi-saison.

Sur les cinq derniers matchs, il est tout simplement le meilleur scoreur de la classe et le meilleur gobeur de rebonds offensifs avec 3.8 prises (via NBA.com). Quand Zion est sur le terrain, les Pelicans obtiennent 11.9% de rebonds offensifs supplémentaires (via Basketball Reference). L’ancien joueur de Duke est un aimant à ballon, si bien, qu’il peut récupérer le ballon sur son propre tir manqué.

Son temps de jeu augmente match après match et Zion enchaîne trois matchs de suite à plus de vingt points: 29′ et 24pts contre Memphis, 33′ et 21pts contre Houston, 32‘ et 20pts contre Milwaukee. La majorité de ses points sont obtenus dans la peinture après avoir été servi par Lonzo Ball ou bien Jrue Holiday, et l’intérieur ne manque pas de nous offrir sur ce match, un panier digne de Julius Erving.

Le genre d’action que l’on aimerait voir 100 fois plus souvent que des valises de tirs à trois points lors d’un Rising Star Challenge par exemple…

Ja Morant, PG, Memphis Grizzlies : 44m, 17.3pts, 3.4rds, 7.1pds

Memphis continue sa belle saison avec une seule défaite sur les six derniers matchs. Le staff des Grizzlies optimise au maximum le potentiel de leurs jeunes joueurs en misant sur la vitesse et le jeu en transition. Pour sa première au Madison Square Garden, Ja Morant est propre et efficace (10pds et 0 ballon perdu). Le rookie ne tente que très rarement sa chance à 3pts (2 par matchs en moyenne) mais il est toujours aussi imprévisible dans ses drives.

Triple tenant du titre du rookie du mois à l’Ouest, Ja Morant fait le show et peut devenir LA raison pour laquelle les gens regardent les matchs de Memphis. Coach Jenkins en a bien conscience en régulant sa charge de travail afin de minimiser les risques de blessures. En se penchant sur les 4 dernières rencontres, Morant n’est présent sur le parquet que 27 minutes en moyenne. De notre côté, on espère le voir bien plus longtemps lors du RSC.

Tyler Herro, SG, Miami Heat : 46m, 13.1pts, 4rds, 2pds

Pour la première fois depuis 2005, Miami va envoyer deux jeunes joueurs au Rising Star Challenge. Kendrick Nunn et Tyler Herro vont représenter la franchise floridienne et succéder à Dwyane Wade et Udonis Haslem. En sortie de banc, l’ancien de Kentucky a obtenu des responsabilités dès le début de la saison et a prouvé que l’on pouvait compter sur lui lors du money time. Herro est toujours aussi menaçant à 7m23 avec un joli 6/10 contre Orlando et 23 points en 26 minutes.

A 19 ans, le rookie est diaboliquement efficace sur catch & shoot avec un EFG de 66.8%, et une adresse de 45.5% à 3pts. Le Heat serait bien inspiré de l’alimenter un peu plus souvent, seulement 29.3% de ses tirs sont pris dans ces conditions (via NBA.com).

La saison régulière est un marathon, et l’organisme du jeune joueur commence à ressentir une certaine fatigue. Contre Philadelphie, il n’a joué que 10′ à cause d’une douleur au pied droit. Spoelstra et son staff devront veiller sur leur rookie afin de passer l’hiver sans trop de dégâts.

Eric Paschall, PF, Golden State Warriors : 46m, 13.5pts, 4.7rds, 1.7pds

Un rayon de soleil dans le ciel gris de San Francisco. Le rookie sélectionné en 41e position de la dernière draft par les Warriors vient d’être invité pour le Rising Star Challenge. L’ancien joueur de Villanova est toujours aussi agressif en attaque. Il n’hésite pas à driver tête baissée et à se déchaîner dans la raquette pour le rebond comme dans la victoire contre les Wizards (16pts).

Plus ou moins en réussite aux tirs (41%), il faut tout de même souligner le fait que Paschall est capable d’obtenir des fautes. Avec une moyenne de 4.2 lancers francs tentés sur les cinq derniers matchs associée à une adresse correcte de 71.4%, c’est le 3e rookie dans ce classement derrière les vedettes Zion & Ja (via NBA.com).

Rui Hachimura, F, Washington Wizards : 26m, 13.8pts, 5.9rds, 1.5pds

He’s Back ! On n’avait pas vu le japonais depuis le 16 décembre 2019, soit 23 matchs manqués à cause de soucis au niveau de l’aine. Cette absence ne l’a pas pour autant empêché d’être sélectionné pour le RSC.

C’est donc face aux Warriors que l’ailier a repris ses bonnes habitudes en scorant 11 points en 25 minutes. Le rookie s’est mis directement dans le bain avec le premier panier du match.

Le rookie de 21 ans affectionne particulièrement ces tirs à 2pts près de la raquette, étant donné qu’il n’est pas encore prêt à arroser à 3pts (84.6% de ses tirs sont à 2pts, via NBA.com).

Kendrick Nunn, PG, Miami Heat : 46m, 15.8pts, 2.8rds, 3.5pds

Triple tenant du titre du Rookie du mois, Nunn a récemment manqué les trois premiers matchs de sa carrière NBA fin janvier. Le meneur scoreur du Heat peine à retrouver son rythme et Miami préfère limiter ses minutes afin d’éviter une éventuelle rechute. Suite à des douleurs au tendon d’Achille, Spoelstra lui a accordé 16 minutes à Orlando et 24 dans l’écrasante victoire contre Philadelphie.

Mérité ou pas, ils sont aussi invités

NBA.com
  • Brandon Clarke, PF, Memphis Grizzlies : 43m, 12pts, 5.7rds, 1.4pds: Victoire à New York : 26′, 17pts, 5rds, 3ints, le canadien souffre actuellement de douleurs à la hanche.
  • Nickeil Alexander-Walker, SG, New Orleans Pelicans : 39m, 5.4pts, 2rds, 1.9pds: Étant canadien, il jouera avec la sélection étrangère.
  • R.J. Barrett, SG, New York Knicks : 41m, 14.1pts, 5.2rds, 2.5pds: N’a pas joué cette semaine : entorse cheville droite.
  • P.J. Washington, PF, Charlotte Hornets : 44m, 12.1pts, 5.4rds, 2.1pds: Absent depuis deux matchs suite à une entorse à la cheville droite. Il a effectué un retour sur le banc contre Houston (8pts en 24′)

Il ont été snobés mais on ne les oublie pas

David Zalubowski – AP
Michael Porter Jr, SF, Denver Nuggets : 39m, 8pts, 4.4rds, 0.7pd

L’ailier n’a pas été convoqué pour le RSC, et pourtant il continue d’apporter dans une franchise placée dans le top 3 à l’Ouest. Son temps de jeu s’est stabilisé autour des 25 minutes. MPJ ne perd pas de temps et prend en moyenne 11.3 tirs lors de ses 5 derniers matchs avec 52.9% de réussite à 3pts ! Auteur de 12 points et 12 rebonds, contre Utah, il faisait également parti du lineup qui a infligé un 17-0 en 2e mi-temps permettant à son équipe de passer devant au score. Son step back 3 est McGradyesque!

MPJ est tout simplement devenu essentiel en sortie de banc, sa contribution dans la belle victoire chez les Bucks a été significative avec 15 points et 11 rebonds en 25 minutes, sans oublier qu’il est capable de déstabiliser un bon défenseur comme Khris Middleton.

Malheureusement, MPJ n’a pu prendre part à la fin de ce match à cause d’une blessure à la cheville droite. Il n’a pas joué à Detroit ni contre Portland. Dommage pour le rookie qui capte le plus rebonds en moyenne sur les récentes rencontres (9rds via NBA.com). Une qualité qui fait de lui le joueur idéal afin de former différents lineups.

Terence Davis, SG, Toronto Raptors : 50m, 7.7pts, 3.4rds, 1.8pds

L’arrière aura attendu son cinquantième match dans la grande ligue pour claquer son record de points! Et quel record: 28 minutes, 31pts avec un somptueux 12/15 aux tirs et 6/7 à 3pts. Celui qui fut snobé le soir de la Draft est en train de devenir tranquillement le steal de sa promotion.

Bien qu’il ne soit pas le joueur le plus athlétique ni le plus rapide, il possède un bon handle et un bon placement des pieds lui permettant ainsi de tromper la vigilance de son défenseur. Par ailleurs, sur le plan collectif, Toronto est actuellement 2e à l’Est et présente une belle série de 11 victoires consécutives. Davis peut se passer du RSC, il préfère sûrement jouer les Playoffs en avril prochain.

Coby White, PG/SG, Chicago Bulls : 52m, 11.1pts, 3.4rds, 2.2pds

Les Bulls alternent le mauvais et le très mauvais. A l’heure d’écrire ces lignes, Coby White a joué tous les matchs de son équipe sans pour autant démontrer des progrès dans la sélection de ses tirs et dans ses choix en matière de passes. A Indiana, l’arrière a marqué 9pts sans aucune passe décisive, contre Brooklyn il a apporté 11pts et une seule passe décisive, pas flamboyant pour un joueur qui souhaite jouer plus souvent meneur de jeu. Lorsque White drive vers le panier, ses passes décisives ne représentent que 6.6% (via NBA.com), et parfois, il perd la balle en tentant de la ressortir désespérément.

Certes, il n’est pas aidé par ses coéquipiers, mais il est encore très loin d’être un gestionnaire sur le terrain, le joueur de 19 ans peut toujours être une menace extérieure, ce sont en tout cas les directives du staff qui le pousse à prendre plus de tirs à 3pts (4/11 dans la défaite à Toronto).

Darius Garland, PG, Cleveland Cavaliers : 50m, 12.2pts, 2rds, 3.7pds

Le jeune meneur a été mis au repos lors de la rencontre contre New Orleans. Une petite pause nécessaire afin de retrouver un peu de lucidité sur le terrain pour celui qui va par la suite enchaîner des matchs à 35, 32 puis 39 minutes. Avec une moyenne de 5.3pds sur les cinq derniers matchs, le rookie est amené à gérer plus d’actions offensives. Contre les Raptors (16pts & 8pds), coach Beilein lui a accordé du temps de jeu aux côtés de la second unit afin d’être le porteur de balle exclusif, et son entente avec l’intérieur Larry Nance Jr serait une association intéressante à développer.

Néanmoins, Cleveland ne gagne pas (4 défaites de suite), et le jeune meneur n’offre aucune garantie défensive pour le moment. Son tir n’est pas encore fiable bien que sa mécanique semble bonne et il se montre peu consciencieux en attaque (6 pertes de balle contre New York). Enfin, il score seulement sur 37.5% de ses drives, par conséquent, il fait partie des pires rookies dans ce domaine (via NBA.com).

Kevin Porter Jr, SG, Cleveland Cavaliers : 39m, 9.3pts, 3.1rds, 1.9pds

L’ancien joueur de USC réalise une belle série avec minimum 10 points par matchs depuis cinq rencontres. Il tente plus sa chance à 3pts, et n’hésite pas à attaquer le panier. Face aux Warriors, l’arrière s’est distingué avec 19pts, 3/9 à 3pts et 6/6 aux lancers-francs en seulement 23 minutes.

En défense, le rookie ne lâche rien et reste actif. Sur ses cinq derniers matchs, il tourne à 1.4 interceptions par rencontre soit le 3e meilleur de sa classe (via NBA.com). Lorsqu’il est sur le terrain, Cleveland présente un taux d’interceptions de +2.6% (via Basketball Reference).

Tout n’est pas parfait pour le joueur de 19 ans qui perd beaucoup trop de ballons (7 contre Toronto). Par exemple, un pied sur la ligne, un dribble sur son pied, un ballon pas assez protégé sur un drive. Des situations récurrentes qui font de KPJ le 2e rookie perdant le plus de ballon en situation de drive !

Sekou Doumbouya, SF, Detroit Pistons: 24m, 7.1pts, 3.4rds, 0.4pd

Après des débuts prometteurs et une place de titulaire, le voyage de Sekou en NBA subit quelques turbulences. A Brooklyn, il n’a joué que 7 minutes pour une feuille de stats complètement vierge et une valeur de -20 quand il est sur le terrain. Son coach Dwane Casey ne manquera pas de recadrer son rookie en interview.

« Il y a une chance pour qu’il retourne en G-League, juste pour avoir plus de temps de jeu, pour qu’il retrouve cette soif de vaincre[…] Il a 18-19 ans, il a encore beaucoup à faire et doit continuer à grandir. Il a le talent, on doit juste continuer à le développer, pas seulement en tant que joueur de basket, mais aussi en tant que jeune homme. Il doit comprendre ce que ça veut dire d’être un pro. »

via Fox Sport

L’ancien joueur de Limoges n’a pas été aligné lors de la rencontre contre Toronto mais retrouvera tout de même sa place dans le cinq de départ deux jours après dans la victoire surprenante en prolongation contre Denver (17pts en 34). Le français n’a scoré qu’en première mi-temps, puis n’a joué aucune minute de la prolongation. Son ratio +/+ est encore négatif avec -12 points pour son équipe lorsqu’il est sur le terrain.

Il y a encore beaucoup de progrès à réaliser (2/15 aux tirs contre Memphis) mais quoi de plus normal pour le plus jeune joueur de la ligue. Notez qu’il est tout à fait capable de punir l’adversaire à trois points et son déplacement sans ballon est intéressant.

De’Andre Hunter, SF, Atlanta Hawks : 48m, 12.3pts, 3.8rds, 1.8pds

Quel dommage que l’ailier des Hawks soit blessé à la cheville! Sur ses trois dernières performances, Hunter tourne à 18.3pts, 3.3pds 55.6% aux tirs et 41.2% à 3pts. Lors de la belle victoire contre les Sixers, il s’est mué en playmaker lors des situation de drive & kick. Le champion NCAA 2019 possède une bonne vision de jeu qui serait utile dans un jeu offensif majoritairement dicté par Trae Young. En revanche, l’ailier de 2.01m doit apprendre à résister au contact et travailler sur son jeu au poste bas. Voici deux exemples en match contre le géant Raul Neto (1.85m).

Pas la meilleure des périodes…

Winona Daily News
  • Jarrett Culver, SG, Minnesota Timberwolves : 48m, 9.2pts, 3.5rds, 1.9pds: Sur une mauvaise série de 4.9pts et 28.9% aux tirs sur 7 matchs !
  • Cameron Reddish, SF, Atlanta Hawks : 46m, 9.1pts, 3.8rds, 1.5pds: Sorti au bout de 7′ contre Dallas, suite à un coup de coude.Absent pour commotion.
  • Matisse Thybulle, SG, Philadelphie Sixers : 43m, 4.9pts, 1.6rds, 1.3pds, 1.5ints: Titulaire une fois sur les 4 derniers matchs (1v-3d)

One thought on “Le carnet des rookies 5.0

Laisser un commentaire