Rui Hachimura: le prince du mi-distance

Sortant d’une saison assez mitigée, finie à la 11e place à l’Est et orphelin de leur franchise player John Wall (blessure au tendon d’Achille en février 2019), Les Washington Wizards héritèrent du 9e pick de la draft 2019, pick qu’ils utilisèrent pour sélectionner le prospect japonais Rui Hachimura.
1 an plus tard suite à la saison moyenne des Wizards, avec assez de recul il est temps pour nous de revenir sur ce talent venu tout droit de l’Empire du soleil levant.


QUI EST RUI HACHIMURA ?

Rui Hachimura est un joueur NBA bénino-japonais de 22 ans évoluant au poste d’ailier fort pour les Washington Wizards.
Victime de racisme au Japon due à sa couleur de peau assez différente des autres natifs, en 2015 il quitte son pays natal pour les États-Unis où il jouera pour les Gonzaga Bulldogs en NCAA alors qu’il ne parlait même pas anglais.

Il explose lors de sa 3e saison à Gonzaga où il tourne à 19.7 points et 6.5 rebonds par match. Il sera plus tard récompensé du Julius Erving award (trophée remis par ‘Dr.J’ lui-même au meilleur ailier en NCAA).

•Mensurations: Droitier de 2m03 pour 104 kg avec une envergure de 2m18
•Meilleurs matchs cette saison:
Vs Philadelphia 76ers le 05 décembre 2019 (27pts, 7rbs, 11/18fg)


Vs Los Angeles Clippers le 1er décembre 2019 (30pts, 9rbs, 2/5 3pt)


•Stats sur la saison : 29.7minutes, 47.8%fg, 27.4%3pt; 82.9%lf, 13.4pts, 6rbs, 1.7ast, 0.8stl, 0.2blk

Profil de tir

D’abord, parlons de son jeu au poste: il ne l’utilise pas beaucoup (8.4% de ses possessions) et il a bien raison vu qu’il n’est pas vraiment adroit avec ‘seulement’ 36% de réussite. Néanmoins, il a une bonne maîtrise du turnaround jumper et du fadeaway. Notons aussi qu’il a un petit hook assez bon à améliorer.

Ensuite, la finition : Rui est capable de finir les actions proprement et avec agressivité avec ou sans contact. Il inscrit 31.3% de ses points dans la peinture avec un très bon 61% de réussite. Il aime beaucoup exploser vers le panier dans le trafic pour libérer de l’espace dans la peinture et finir comme Kawhi Leonard.

La plus grosse surprise offensivement chez Rui a été son incroyable réussite sur la ligne des lancers francs, 82.9% sur 2.7 tentatives par match, top 8 des ailiers forts et meilleur rookie (pour les joueurs qui en prennent 2 ou plus par match). Seulement 49e percentile en free throw rate chez les bigs, il ne provoque pas beaucoup de fautes.

Passez d’un décent pourcentage de 41% en NCAA (seulement 1 tentative par match) à un piètre 27% en NBA (1.8 tentatives par match), Rui ne s’est jamais démarqué en tant que bon shooteur à 3 points.
Sans être extraordinaire, il a un jeu décent en off ball : très rapide et efficace en transition où il inscrit 22% de ses points (67e percentile) mais mauvais en catch and shoot avec seulement 32% de réussite sur 2.6 tirs par match.

Le meilleur pour la fin, son jeu à mi-distance :
Il y prend 24% (42% de tirs à 2 points hors de la restricted area) de ses tirs et en met 39%. Il a montré une facilité à trouver ses spots et même à créer son tir (seulement 57% de ses points à mi-distance sont assistés).
Dans le détail, on peut noter que ce tir (particulièrement les longs two’s) est le tir le moins rentable en NBA, un shooteur à 35% à 3pts est autant productif qu’un shooteur à 52% à mi-distance. Donc pour être rentable en tant que gros shooteur à mi-distance il faut être un joueur élite dans ce domaine, ce que Rui n’est pas encore contrairement à Chris Paul ou Kawhi Leonard.

Shot chart de Chris Paul sur la saison 2019-2020 (sources : StatMuse.com)
Shot chart de Rui Hachimura sur la saison 2019-2020 (sources : StatMuse.com)

Playmaking


‘Quand nous l’avons choisi et que nous l’avons vu durant l’été, il pouvait dribbler, remonter la balle et la prendre dans la paume de sa main…Ce n’est pas un pur poste 4, nous pouvons le faire devenir 3 et faire de lui un playmaker.’

Bradley Beal au micro de Zach Lowe, NBC


Le franchise player des Wizards ne s’est pas trompé mais n’avait pas totalement raison, car oui Rui a un assez bon handle pour un poste 4 avec seulement 16 ballons perdus lorsqu’il dribble, son handle est assez bon pour lui permettre de trouver des bons spots à mi-distance et pour faire des coast to coast, mais ne lui permet pas de mener une attaque en tant que ball handler.

En ce qui concerne la distribution, on a pu remarqué qu’il n’a pas une excellente vision des passes, ce qui ne lui permet pas de distribuer le jeu efficacement. Il tourne à 3.5 potential assists par match, derrière Julius Randle et hors du top 30 à son poste.
Hachimura n’est donc pas encore un bon playmaker mais on peut espérer une amélioration comme celle de Kawhi Leonard, passé de 6.6 assist% et 12.6 assist ratio en saison rookie à 26.2 assist% et 16.4 assist ratio cette saison.

En défense :

Les Wizards ont tout simplement la pire défense de la ligue (avec 119.7 points encaissés par match) et c’est encore pire lorsqu’il est sur le parquet, car ils encaissent 5.8 points en plus lorsqu’il est enjeu (le 4e pire defensive rating de toute la NBA).


Les problèmes défensifs de Rui sont clairement liés à son QI défensif très en dessous de la moyenne, car sa mauvaise lecture du pick-n-roll et ses mauvaises décisions sur switch et en prise à 2 le mettent très souvent lui et son équipe en situation défavorable défensivement. Le manque de QI en défense est très souvent comblé par une bonne protection d’arceau chez les ‘big men’ (coucou Jarrett Allen), il n’en est rien pour Rui qui est tout simplement un piètre contreur. Malgré son envergure avantageuse, il tourne à une très faible moyenne de 0.2 contre par match et à 0.5% en block% (3e percentile). Les adversaires mettent 65% de leurs tirs quand il les défend à moins de 3 mètres du panier (8.5% de plus que d’habitude).


En défense contre des guards (meneur/arrière), il est assez mobile et latéral pour contester quelques drives bien que son manque d’explosivité lui fait défaut face à des joueurs hyper ‘flashy’ comme Ja Morant ou De’Aaron fox (7 points en 50 secondes)…


Malgré ses lacunes, Rui a montré de la détermination et de l’envie de ce côté du terrain en contestant 79% des shoots de ses adversaires, top 2 parmi les rookies avec 8.5 par match. Cela n’a pas empêché ses adversaires de shooter à près de 55%, beaucoup plus que la moyenne NBA qui est de 46%

Au Rebond :

Leader des rookies (+20 matchs joués) avec 6 prises par match, Rui est un rebondeur moyen avec un positionnement au rebond plutôt satisfaisant.

Il ne prend que 53.2% de ses 11.4 rebounds chances (97e chez les joueurs qui prennent 5 rebonds ou plus) et seulement 31.5% de ses rebonds sont des rebonds contestés. C’est peut-être due au fait qu’il ne fait pas assez de box outs (2.8) surtout offensivement (0.1) ou juste un manque d’agressivité et d’envie aux rebonds.
Néanmoins Rui est très bon en putbacks (claquette), 1.3 points par match et 90e percentile.

Impact sur tout le match

Rui a toujours eu la fâcheuse habitude de disparaitre peu à peu pendant les matchs (surtout depuis son retour de blessure).
Il inscrit 8 points à 51.5% FG et prend 3.3 rebonds par match en première mi-temps alors qu’il n’inscrit que 5.5 points à 42.5% en captant 2.8 rebonds par match en seconde mi-temps.


À quoi est due cette baisse d’impact statistique ? Logiquement elle serait due à une baisse de temps de jeu mais là non plus, étant donné qu’il a sensiblement le même nombre de minutes en 1ere et 2eme mi-temps. Elle serait autrement due au fait qu’il prend tout simplement moins de tirs en 2e mi-temps ? Oui et non car même s’il prend moins de tir, il est surtout beaucoup moins adroit (de 51.5% à 42.5%) mais sa maladresse peut être liée au fait que les wizards s’appuient plus sur Bradley Beal lorsqu’ils sont menés. Une autre hypothèse pourrait être liée à la fatigue.

Points à améliorer

Le principal axe de travail de Rui sera son shoot à 3 points et aussi d’essayer d’être plus propre et régulier à mi-distance pour devenir un joueur élite dans ce domaine. Il devra aussi essayer de provoquer plus de fautes pour profiter de sa réussite au lancer franc et devenir un scoreur plus prolifique.

Parmi les autres axes de travail son jeu on ball : il doit améliorer son handle et travailler sur ses passes et sa vision.
Ensuite pour durer en NBA il faut apporter un minimum en défense. La défense sur pick-n-roll, les switchs, sa rapidité latérale et son explosivité sont les principaux domaines à travailler.
Et pour finir Rui doit arrêter de disparaître au cours des matchs, être régulier du début à la fin.

Hachimura s’entraîne à Orlando
Via NBA.com/galleries

Utilisation par Scott Brooks

La superbe attaque (5e pace et 13e offensive rating) des Wizards mise en place par brooks met assez en valeur Rui. Il a clairement sa place dans les systèmes bien qu’il ne soit pas utilisé en tant que 1e et 2e option offensive. Son association avec Thomas Bryant a été plutôt productive car Rui est très mobile ce qui lui permet de jouer avec des pivots assez ‘dominant’.


Il n’est pas assez utilisé sur pick-n-roll et pick-and-pop avec Beal, car Beal attire beaucoup les défenses sur ses drives permettant à Rui de pop à mi-distance avec moins de contestation et même sur pick-n-roll, Rui est très athlétique avec une très bonne finition.


La reprise de la saison sans Beal et Bertans sera une opportunité de voir Rui en tant que première ou seconde option (avec plus de usage rate).

Comparaison et avenir

Comparaison en NBA : La comparaison avec Kawhi Leonard est assez légitime… mais que offensivement, car oui ils ont beaucoup de similitudes dans leurs spots et prises de tirs. Tous les deux adeptes des pulls up long 2’s, des fadeaways, des turnaround jumpshots et des finitions rapides en force au poste. Bien que Kawhi joue déjà beaucoup plus le rôle de playmaker.

Mais la comparaison ne tient malheureusement pas défensivement

Statistiques défensives de Rui Hachimura saison 2019-2020 (sources : NBA.com)
Statistiques défensives de Kawhi Leonard saison 2019-2020 (sources : NBA.com)

On peut remarquer que les adversaires sont beaucoup moins efficaces quand ils sont défendus par Kawhi que quand ils le sont par Rui. La comparaison peut aussi être faite avec DeMar DeRozan.

Hachimura a clairement le potentiel pour être un super lieutenant scoreur inarrêtable capable d’un peu porter la balle et de défendre décemment s’il a l’envie au mieux ou au pire un scoreur intérieur qui sort du banc qui ne contribue pas suffisamment en défense et en attaque pour combler.

Glossaire


Free throw rate: le nombre de tentatives de lancers francs qu’une équipe tire par rapport au nombre de shoot que l’équipe tente

Potential assists : toute passe à un coéquipier qui tire à moins d’un dribble après avoir reçu le ballon

Assist% : le pourcentage de paniers marqués par une équipe après une passe décisive du joueur.

Assist ratio : le nombre de passes décisives d’un joueur en moyenne sur 100 possessions utilisées

Block% : le pourcentage de block de l’équipe lorsqu’un joueur est sur le terrain

Percentile : les points d’un joueur ou d’une équipe par possession classés par rapport au reste de la ligue à ce poste

Rebounds chances : un joueur a une chance de rebond s’il est le plus proche du ballon à tout moment entre le moment où le ballon est en dessous de l’arceau et le moment où il a complètement rebondi

Box outs : le nombre de fois où un joueur a établi un contact physique avec un adversaire qui poursuivait activement un rebond, un effort important pour désavantager l’adversaire et a réussi à empêcher cet adversaire de sécuriser le rebond

Usage rate : le pourcentage de ballons « utilisé » par un joueur lorsqu’il est sur le parquet

One thought on “Rui Hachimura: le prince du mi-distance

Laisser un commentaire