NCAA : les mid-season awards !

Par Benjamin Gisse (@MagicBenJohnson)


Après quelques matchs, et malgré une situation sanitaire qui a retardé le début de certaines équipes, la saison NCAA bat son plein et les joueurs sont rentrés dans une période de routine où certains se sont détachés du lot.
C’est l’occasion pour nous revenir sur ces joueurs qui ont marqué le début de saison.


Joueur de l’année : Luka Garza (Iowa)

C’était comme imprévisible, inévitable. Après avoir reçu le prix Kareem Abdul-Jabbar l’an passé (meilleur pivot de la NCAA), Luka annonce qu’il reste à Iowa pour sa dernière saison d’éligibilité et renonce à la draft.

Grosse annonce pour les Hawkeyes et pour le monde NCAA ! Lui qui a grandi depuis sa saison freshman sous les yeux de Fran McCaffery, qui a fait passer Iowa dans une autre dimension après le départ du NBAer Tyler Cook, finissant 2ème au titre de joueur de l’année derrière Obi Toppin, va terroriser les joueurs adverses une saison de plus.
Très logiquement, et après une saison avec 23.8 points/9.8 rebonds de moyenne, il fait partie de la First Team All-American lors de la présaison. Véritable attraction, tout le monde a les yeux rivés sur ce talent gigantesque.

Luka ne va pas tarder à confirmer les attentes placées sur lui. Double-double (26/10) en 24 minutes dans le premier match, 41 points en 29 minutes à 14/15 aux tirs dans le deuxième. La hype est légitime : Luka Garza est surhumain.
Profil physique, énergétique, scoreur à tous les niveaux (62.7 – 48.9 – 74.7), il possède une efficacité absolument divine et un jeu vraiment propre. Avec un pourcentage aux tirs réels de 70% en 13 matchs, et surtout avec plus de 13 tirs tentés par match, Luka se place comme l’un des joueurs les plus efficaces de l’histoire avec un gros volume de tirs.

Joueur intelligent, toujours bon dans le placement, sa capacité à épurer son jeu dans le temps a été incroyable. Son nombre de pertes de balle est certes en légère augmentation, mais elle est liée à un taux d’usage de plus en plus élevé !

Même si il ne sera jamais un grand passeur, avoir un ratio passes décisives/pertes de balle supérieur à 1 montre une capacité à perdre très rarement le ballon. D’ailleurs, il rejoint actuellement la légende Doug McDermott en étant la deuxième joueur depuis 2010 à avoir un PER et un USG% supérieur à 30 tout en ayant un TOV% inférieur à 8%.

Même si son manque d’explosivité est parfois présenté comme un gros défaut, son incroyable énergie rend son jeu sans limite. Avec un pourcentage de 48.9% à 3 points en 45 tentatives (!!!), son jeu s’étend au large, devenant une menace légitime à tous les spots.

En tout cas, si d’autres titres sont disputés, le titre de joueur de l’année semble jouer au bout d’une dizaine de matchs… Une question reste en suspens : nous avons vu Iowa jouer les têtes d’affiche depuis le début de l’année, est-ce que Luka sera capable de les porter loin dans la March Madness ? Affaire à suivre…

Freshman de l’année : Hunter Dickinson (Michigan)

Le joueur que l’on attendait à ce niveau ? Absolument pas, même si les fans de Michigan diront le contraire. Pourtant, s’il y a bien un freshman qui fait mouche cette année, c’est bien Hunter Dickinson.
Arrivé dans une équipe coachée pour la deuxième année par la légende Juwan Howard, on pensait à une reconstruction compliquée après le départ de Zavier Simpson (meilleur passeur NCAA) et du senior Jon Teske, l’un des meilleurs joueurs de la Big Ten.

A peine sorti du lycée de DeMatha Catholic, le jeune Hunter sait qu’il va devoir assumer de fortes responsabilités très tôt, la rotation des Wolverines à son poste est vraiment faible. Il est d’ailleurs avec ses 2.16m, le joueur le plus grand de l’effectif.
Il débute la saison timidement, avec seulement 7 tirs tentés, et frôle directement un double-double (11 points, 8 rebonds) en sortant du banc. Cependant, Juwan ne le sent pas encore prêt pour intégrer le cinq de départ. Michigan enchaîne les victoires, et Hunter enchaîne les excellentes performances en sortant du banc. Après une 5ème victoire en autant de matchs pour les Wolverines, et un match complet encore une fois (18 points, 7 rebonds, 4 contres en 23 minutes), Howard décide de le mettre dans le cinq de départ le match suivant.

Depuis, il survole la compétition : 19.7 points, 8.3 rebonds et 1.7 contres en 29.3 minutes de jeu depuis qu’il est titulaire.
Joueur vraiment très fiable près du cercle, il s’installe déjà comme l’un des maîtres à jouer de la NCAA et permet à Michigan de rester parmi les équipes encore invaincues cette année (11V – 0D).
Encore plus fort, il est clairement l’un des meilleurs joueurs cette saison, posant des statistiques très rares pour un jeune freshman de son calibre.

À ce rythme-là, difficile de le voir ne pas renoncer à son éligibilité et se présenter à la draft NBA. Mais avant ça, une saison encore longue l’attend et son niveau, bien qu’il dépasse les espérances de tout le monde, devra encore porter Michigan vers de nombreuses victoires. Sera-t-il assez solide ? Possible… Mais on demande à vérifier !

Défenseur de l’année : Josiah-Jordan James (Tennessee)

Le meilleur défenseur de la meilleure défense NCAA ? Très fortement possible ! En tout cas, on avait déjà des prémices la saison passée de ce que “JJJ” pouvait donner avec un peu plus d’expérience. Long et athlétique comme un prospect typique de Tennessee, il nous avait surpris par sa compréhension du jeu et sa lecture rapide, ainsi que par sa vision du jeu assez complète des deux côtés du terrain.

Arrivé sur son année sophomore avec beaucoup plus d’ambitions, dans une équipe qui tourne bien, Josiah-Jordan devait prouver son talent. Titulaire indiscutable sous les ordres de Rick Barnes, il a directement impacté la défense des Volunteers, étant beaucoup plus agressif sur porteur de balle.
Un indicateur ? Alors que son temps de jeu a été réduit avec l’arrivée des freshmans talentueux Jaden Springer et Keon Johnson au sein de l’effectif, il a réussi à doubler son nombre d’interceptions par match. Son précédent record lors de sa première saison ? 3 interceptions contre Memphis. Il a franchi cette barre déjà 5 fois sur ses 10 premiers matchs cette année.

Létal sur les lignes de passes, plus agressif sur porteur, sa taille (1.98m) et son physique font de lui le défenseur plus redoutable en ce moment.
Véritable leader de la 3ème meilleure défense en termes de points encaissés, sa défense est un atout non-mesurable pour Tennessee, en quête de son premier titre NCAA.
“JJJ” est purement générationnel. Depuis la création du Box Plus-Minus en 2010, il est le seul arrière à combiner un Defensive Rating de moins de 80 avec un Defensive BPM de plus de 7, accompagné des intérieurs Karl-Anthony Towns (Kentucky), Willie Cauley-Stein (Kentucky) et Neemias Queta (Utah St.).
Impressionnant.

All-American Teams

  • 1st team

Ayo Dosunmu (JR – G – Illinois)
22.4 points, 6.9 rebonds et 4.8 passes en 49.8 / 42.2 / 81.2 – 13 matchs
Quelle saison pour le natif d’Illinois ! Associé aux superstars en herbe Andre Curbelo et Adam Miller au poste d’arrière, Ayo a complètement endossé le rôle de patron sur le terrain.
Malgré un AST/TOV ratio assez moyen (1.54), le junior reste l’une des valeurs sûres en termes de polyvalence. En se retirant de plus en plus au niveau du tir à 3 points, et en se concentrant de moins en moins sur la quantité, il a considérablement amélioré sa qualité de tir, devenant un candidat au fameux 50/40/90 avec un peu de patience.

Jordan Goodwin (SR – G – Saint Louis)
16.9 points, 11.1 rebonds et 3.8 passes en 48.1 / 29.6 / 71.4 – 8 matchs
Peut-être la surprise de cette 1st team, mais quel talent ! Et même si la mention de son coéquipier Javonte Perkins n’est pas à négliger, Jordan Goodwin a toutes les qualités d’un All-American. Ultra polyvalent, il se place comme l’un des meilleurs rebondeurs du circuit. Avec 7 doubles-doubles en 8 matchs et un incroyable 21.7% TRB% pour son mètre 90, il terrorise les raquettes adverses. Malgré une légère justesse technique au niveau du tir, l’ex-star lycéenne de l’Illinois compense totalement avec son agressivité et son côté hargneux, notamment en défense.

Corey Kispert (SR – F – Gonzaga)
21.1 points, 4.5 rebonds et 2.3 passes en 60.8 / 47.9 / 86.5 – 12 matchs
Gonzaga qui perd Filip Petrusev, c’est mal. Corey Kispert qui explose et se pose en candidat au joueur de l’année, c’est mieux.
Quelle saison magnifique est en train de réaliser le senior des Bulldogs, confirmant tous les espoirs que les Zags plaçaient en lui en ce début de saison. Défensivement, c’est à revoir. Offensivement, c’est de la pure bombe en continu : shoot, création, pureté du jeu, déplacement sans ballon… Il ne monopolise absolument pas le ballon, avec un USG% inférieur à 25%, mais possède une efficacité redoutable. Avec 47.9% en 73 tentatives à 3 points, il est le joueur (pour l’instant) de l’histoire de la statistique avec le plus grand pourcentage aux tirs réels pour une moyenne de plus en 20 points par match en moins de 13 tirs. Devant qui ? Des petits joueurs universitaires comme Obi Toppin, Chris Kaman, Tim Duncan… Sympathique.

Trayce Jackson-Davis (SO – F – Indiana)
20.1 points, 9.3 rebonds et 1.6 passes en 53.2 / – / 71.2 – 13 matchs
Si on devait nommer les freshmans les plus forts, ayant le plus d’impact de la saison passée, “TJD” serait dans les premiers noms cités. Cependant, il avait décidé de rester à Indiana, ne se sentant pas prêt pour le saut en NBA.
Véritable machine à double-doubles (17 en 45 matchs à Indiana), et malgré cette incapacité à s’écarter à 3 points, il a énormément progressé dans le scoring, ayant beaucoup plus de responsabilités offensives avec le transfert de Justin Smith (Arkansas).
Beaucoup plus agressif vers le cercle cette année, son jeu aérien permet de débloquer pas mal de situations offensives et défensives. Attention à son jeu de passe, qui pourrait être sous-estimé…

Luka Garza (F/C – Iowa)
27.6 points, 8.6 rebonds et 1.5 passes en 62.7 / 48.9 / 74.7 – 13 matchs
Le joueur de l’année qui fait logiquement parti de la 1st All-American Team.

  • 2nd team

Kendric Davis (JR – G – SMU)
19.1 points, 4.6 rebonds et 7.7 passes en 52.1 / 43.3 / 84.1 – 9 matchs
Il a bien grandi le Kendric de TCU, timide et dans l’ombre de Desmond Bane… Deux ans après son transfert vers SMU, il se pose comme l’un des meilleurs arrières NCAA. Comment ? Une production absolument terrible, une qualité de passes volumineuse (7.7 passes/match – 4ème du circuit) et qualitative (3,83 d’AST/TOV ratio), une présence défensive incroyable malgré son gabarit et un shoot de plus en plus fluide et précis.
Coup de chaud ou véritable transformation ? Difficile de savoir, le temps risque de nous le dire, mais ce qui est sûr, c’est que le junior est en train de marquer beaucoup de points !

Ron Harper Jr. (JR – G – Rutgers)
20.1 points, 6.2 rebonds et 2.0 passes en 51.7 / 45.5 / 58.6 – 10 matchs
De nombreux aspects de l’être humain sont héréditaires. Pour RPJ, tout laisse à croire qu’il a hérité du talent de son père. Polyvalent, il est l’image et à l’image de Rutgers cette saison. Complètement dans la continuité de l’an passé où la petite faculté du New Jersey a explosé, cette saison est la saison de la confirmation : +8 points, + 1 passe, + 0.4 rebond en améliorant de 6.5% son pourcentage aux tirs totaux !
Assumant avec certitude son rôle de leader, il a toutes les qualités pour aller en NBA à la fin de la saison. Une interrogation ? Son pourcentage aux lancers-francs, très très faible depuis son année freshman (67.8% en carrière).

Trevion Williams (JR – F – Purdue)
15.0 points, 9.5 rebonds et 2.4 passes en 53.1 / 0 / 52.1 – 13 matchs
Peut-être l’un des joueurs de cette liste qui attire le moins visuellement. Pourtant, il est actuellement l’un des joueurs les plus bouillants de la NCAA et cela ne risque pas de s’arrêter. Portant à lui tout seul (ou presque) le programme de Purdue à une modeste 6ème place de conférence Big Ten, Trevion s’est fait petit à petit une place de rang en termes de qualité de jeu. Faisant parti des tout meilleurs rebondeurs présents sur les parquets, son jeu de passe est à retenir, surtout pour un physique comme le sien (2.08m, 120kg). On l’a vu tenter de s’écarter depuis son arrivée en NCAA, mais ça ne semble toujours pas porter ses fruits (4/14 en carrière, dont 0/2 cette saison). Même si la NBA ne lui tend pas les bras cette année, Purdue sera une équipe à surveiller cette année, rien que pour ce joueur.

Hunter Dickinson (FR – C – Michigan)
17.5 points, 7.9 rebonds et 0.9 passes en 70.9 / 0 / 75.0 – 11 matchs
Freshman de l’année : check.
L’un des meilleurs joueurs à son poste : check.
All-American 2nd team : check.

Cameron Krutwig (SR – C – Loyola Chicago)
16.1 points, 6.6 rebonds et 2.0 passes en 62.3 / 14.3 / 59.4 – 8 matchs
Une petite surprise au sein de cette 2nd team, avec un joueur ultra talentueux dont on ne parle pas beaucoup. Sûrement l’un des pivots les plus polyvalents de sa génération, Cam a des allures de Nikola Jokic dans le jeu. Puissance au poste bas, bonne vision du jeu, mains ultra sûres près du cercle en plus de frôler assez régulièrement les triples-doubles ! Déjà un des pionniers du parcours de Loyola lors de March Madness 2018 (Final Four en étant 11ème tête de série) en tant que freshman, avec 10.4 points et 4.8 rebonds de moyenne sur le tournoi, Cameron a bien évolué depuis.
Son physique lui a permet de régner sur la MVC pendant 4 années, direction la NBA ?

  • 3rd team

Jared Butler (JR – G – Baylor)
16.4 points, 3.5 rebonds et 5.4 passes en 49.6 / 43.1 / 76.7 – 11 matchs
C’est certain. Jared ne fait pas forcément la saison qu’on prévoyait au début de saison. Le départ de Makai Mason l’an passé l’avait propulsé au rang des meilleurs arrières NCAA et beaucoup attendaient de lui une saison “à la” Dosunmu. Mais Scott Drew a bien géré son équipe, et avec 4 joueurs à plus de 10 points par match, difficile.
Mais qu’est-ce que ce jeu est efficace pour Jared ! L’association avec MaCio Teague fonctionne toujours et l’arrivée de Flagler (redshirt transfer) et Cryer ne changent pas ses plans : il veut gagner.
Beaucoup plus concentré, appliqué, et collectif (au détriment de certains de ses “tickets” shoots), Jared et Baylor sont létaux cette année, et risquent d’aller très très loin dans la compétition.

McKinley Wright IV (G – Colorado)
15.4 points, 4.7 rebonds et 5.1 passes en 53.4 / 35.3 / 78.6 – 12 matchs
Quand on est 2 fois dans la Pac-12 1st Team en 3 saison, et qu’en plus on est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de sa conférence, ça vous classe le joueur. C’est le cas de McKinley, aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs arrières de la NCAA, et à juste titre ! Adoubé comme le 15/5/5 man, qu’il obtient depuis sa saison freshman, sa production n’a cessé d’évoluer, notamment en termes d’efficacité au tir. Beaucoup plus propre dans son jeu, toujours dans son rôle de playmaker, il fait une vraie belle saison, étant un candidat légitime au titre de meilleur guard de la NCAA.

Oscar da Silva (SR – F – Stanford)
19.8 points, 7.4 rebonds et 2.3 passes en 62.8 / 33.3 / 73.5 – 11 matchs
Novembre 2017. 2ème saison aux commandes pour Coach Haase, qui ramène da Silva, Okpala et Davis, 3 stars lycéennes dans le programme. Si le deuxième se drafté après sa saison sophomore, da Silva a profité de son départ pour exploser au grand public. Intelligent et précis près du cercle, bon poseur d’écran, son duo avec Tyrell Terry a fait des étincelles l’an passé. Cette année, il est le seul maître à bord et compte bien porter Stanford cette saison. Aucun match en dessous de 10 points, 3 doubles-doubles sur les 3 derniers matchs, il monte en puissance, et risque bien d’atteindre un niveau incroyable dans les semaines à venir !

Drew Timme (SO – F – Gonzaga)
18.5 points, 6.8 rebonds et 2.2 passes en 60.7 / 28.6 / 75.9 – 12 matchs
L’un des joueurs qu’on attendait au tournant cette saison et qui a parfaitement réussi son début de saison ! Le texan avait réussi à s’imposer dès sa saison freshman avec les Zags, mais avait fait le choix de rester avec Gonzaga. Scoreur absolument dingue, l’association avec Kispert fait des Bulldogs une menace constante au poste d’ailier. A l’aise près du cercle, finisseur létal, il a encore du mal à s’imposer dans les airs, et manque de présence au rebond. Cependant, son agressivité risque de plaire à beaucoup de scouts et il risque de franchir le pas cette saison !

Charles Bassey (JR – C – Western Kentucky)
16.8 points, 11.8 rebonds et 0.8 passes en 60.4 / 25.0 / 73.9 – 12 matchs
Et si c’était LA saison de Charles ? Un peu plus d’un an après sa blessure à la jambe qui l’a écarté des terrains pendant une année, il revient encore plus fort, plus dominant. L’ex-superstar lycéenne peut de nouveau espérer à des ambitions de NBA. Double-double de moyenne, une présence impériale dans la raquette, maître du rebond, finition impeccable, contreur incroyable. Do-mi-na-tion. La question reste la même : aussi talentueux soit-il, est-ce que sa blessure, alors qu’il allait sûrement être drafté lors de la dernière draft, ne va pas l’empêcher d’évoluer en NBA ? Un shoot extérieur assez peu fiable, mais son profil pourrait plaire à des équipes en quête de profondeur de banc cependant !

All-Freshman Team

Jalen Suggs (G – Gonzaga)
13.8 points, 5.1 rebonds et 5.1 passes en 53.7 / 40.6 / 65.7 – 10 matchs
On en attendait pas moins d’une collaboration entre un des lycéens les plus talentueux des États-Unis et une super-team depuis quelques années. Seul freshman de la NCAA à poser un 10+/5+/5+ de moyenne, Jalen est là où on l’attend : tout en haut du panier. Des performances offensives XXL (24 points vs Kansas (6ème des rankings à ce moment-là) pour son 1er match, 27 points contre Iowa (3ème des rankings)…), une présence défensive, un sens du jeu collectif, une adresse longue distance à ne plus démontrer. C’est probablement LE freshman polyvalent par excellence.
Exister à côté de Kispert, Timme, Nembhard ou Ayayi, ce n’est pas simple. En tant que freshman, encore plus. Mais Jalen possède une maturité dans son jeu qui risque de faire tabac en NBA, avec un peu d’expérience. Joueur à suivre lors de la March Madness !

Cameron Thomas (G – LSU)
21.8 points, 2.7 rebonds et 1.5 passes en 42.7 / 31.3 / 89.5 – 11 matchs
Quand tu deviens recordman du nombre de points marqués de l’histoire du lycée d’Oak Hill, tu sais qu’on va t’attendre sur le scoring. Résultat : Cam Thomas est le meilleur scoreur de son équipe, de la cuvée de freshmans et le 9ème scoreur de la NCAA. Will Wade fait passer la majorité des ballons dans ses mains, et ça fonctionne ! Pouvant scorer à tous les niveaux, très adroit sur la ligne des lancers-francs, il insuffle un vent d’air frais aux Tigers (9V-2D cette saison) après une saison passée compliquée. Même si sa défense inquiète un peu, le one-and-done lui tend les bras.

Moses Moody (G – Arkansas)
16.8 points, 5.6 rebonds et 1.7 passes en 45.0 / 38.5 / 80.3 – 13 matchs
Si aujourd’hui Arkansas est l’une des locomotives offensives les plus puissantes de la NCAA, c’est en partie grâce à cette homme sorti de Montverde. Le natif de l’Arkansas nous a directement prévenu : plus de 17 points et 5 rebonds de moyenne sur ses 4 premiers matchs. Phénomène passager ? Absolument pas ! 17/6.5 sur les 5 suivants ! Offensivement ? Un monstre qui va vous punir tout le match à longue distance et qui va driver et provoquer (5.5 LFs/match) des fautes si vous fermez l’accès aux 3 points. Défensivement ? Sûrement l’un des plus complets de sa génération, notamment grâce à son profil long et sa taille (1.99 pour un arrière).
Moses est l’un des joueurs, malgré sa hype au lycée, qui est en train de faire une énorme impression auprès du monde NCAA ! À suivre de très près !

Evan Mobley (F – USC)
16.2 points, 9.0 rebonds et 1.5 passes en 59.8 / 40.0 / 68.8 – 11 matchs
On le savait. C’était presque écrit noir sur blanc qu’Evan allait cartonner dès son année freshman. Directement mis dans le bain grâce à son frère Isaiah, il a réussi à poser 5 doubles-doubles en 11 matchs. Malgré un manque de polyvalence offensive parfois flagrant, il a réussi à vite s’adapter au niveau d’attente NCAA. Joueur hors pair dans les airs, il a des capacités défensives qui pourrait le placer dans les meilleurs défenseurs intérieurs du circuit.
USC tourne bien cette année, en jouant le haut du tableau de la conférence PAC-12, et Evan est l’architecte de ce succès sur le terrain.

Hunter Dickinson (C – Michigan)
17.5 points, 7.9 rebonds et 0.9 passes en 70.9 / 0 / 75.0 – 11 matchs
Rien de plus logique.


Sources : Sports Reference, 247.sports, NCAA.

Laisser un commentaire