L’expansion de la NBA ! Un cap sur l’international ?

Bernie Bickerstaff qui devient l’entraîneur des Bobcats,
dernière équipe créée par la NBA
Source : NBA.com

Aujourd’hui, Clutch Time s’intéresse à la grande question que se posent beaucoup de fans européens ; la NBA va-t-elle, un jour, connaître une nouvelle expansion qui pourrait amener une 31ème équipe pour la première fois de l’histoire ? L’évolution actuelle de la National Basketball Association amène à une expansion inévitable dans les prochaines années, mais celle-ci connaît tout de même plusieurs obstacles conséquents et qui pourraient même empêcher une expansion dans certains cas. Cependant, les obstacles existent pour être surmontés donc même si cela va sûrement prendre plusieurs années, il est toujours intéressant d’analyser les villes qui pourraient recevoir l’honneur d’accueillir une nouvelle franchise NBA et pourquoi pas avoir la première franchise NBA en dehors de l’Amérique.

Adam Silver, actuel Commissionnaire de la NBA
Source : Youtube

Les facteurs favorables à l’expansion

Une expansion est inévitable. La NBA est un business et depuis plusieurs années, les audiences sont en chute libre (en moyenne 20,4 millions de téléspectateurs en 2017 contre 15,14 millions en 2019 pour les finales NBA) ce qui est un problème majeur pour Adam Silver, commissaire de la NBA qui a pour objectif et devoir de garder ce business attractif pour les fans, et fructueux pour ses partenaires.

La NBA est une entreprise qui a pour seule réel but d’engranger de l’argent et le scandale du tweet de Daryl Morey, Général Manager des Rockets, a créé un gros impact sur le marché chinois et une grosse perte d’argent pour la NBA.

Dans le cas où la NBA se retrouve en difficulté sur le marché chinois, elle va devoir compenser cette perte en développant son marché de façon conséquente sur un autre continent et pourquoi pas l’Europe. Cela ne serait pas une si mauvaise idée tant l’on voit la ferveur des supporters européens pour leurs équipes de Basket qui est grandiose. Toutefois, le problème pourrait se retrouver dans la différence de jeu.

En effet, l’Europe n’a pas les mêmes valeurs dans son basket et il est fort probable qu’une NBA qui mise énormément sur l’attaque ne plaise pas aux puristes européens qui aiment la bataille en défense dans des championnats où les arbitres ne sifflent pas les fautes aussi facilement que dans la grande ligue.

Une autre raison qui laisse imaginer une future expansion est le fait que l’on retrouve plusieurs matchs organisés à l’étranger, que ce soit de pré-saison ou saison régulière. Que ce soit l’Inde depuis 2018 avec des matchs de pré-saison ou encore la France qui, en 2020, a connu pour la première fois de son histoire un match de saison régulière.

Les Kings en Inde pour un match de pré-saison en été 2019
Source : NBA.com

Il est possible d’en déduire une réelle volonté de la grande ligue de suivre les traces du défunt David Stern et d’étendre l’influence de la ligue avec des matchs un peu partout dans le monde pour voir les opportunités financières, et les matchs organisés en Europe pourraient être un test du marché européen. Malheureusement, où heureusement pour certains, ce n’est pas la passion des fans qui va influencer l’avis de la NBA, mais seulement l’influence financière, car la NBA reste et restera toujours portée par l’argent.

Dans tous les cas, une expansion n’est pas non plus facile, beaucoup de facteurs entrent en jeu pour une telle décision et il est honnêtement presque impossible de voir une expansion actuellement sans modifier fortement la façon dont la ligue fonctionne.

Les facteurs défavorables à l’expansion

En premier lieu, il est important de rappeler qu’Adam Silver ne veut pas d’une expansion ou du moins, il n’a pas cette vision pour le moment et cela a pu être perçu avec les matchs de Londres et Paris ou encore la création de l’équipe de G-League à Mexico City. Les différents événements internationaux ont offert plusieurs rumeurs qui ont vite été réfutées par Adam Silver lui-même qui à déclarer dans une conférence de presse que la ligue n’a clairement pas l’intention d’une expansion pour le moment.

Cette position de Silver est clairement compréhensible tant la NBA discute déjà depuis plusieurs années d’une baisse du nombre de matchs par saison, en cause le Load Management (repos volontaire des joueurs) mis en place par les équipes pour éviter les blessures et la fatigue de leurs joueurs stars.

Kawhi Leonard ( à Droite ) qui est un joueur fortement concerné par le Load Management
Source : Youtube

Cette problématique à son importance dans la discussion de l’expansion, car la fatigue d’un déplacement en Europe aurait un réel impact sur les équipes et sans une réforme complète et une baisse des matchs ou alors une augmentation de la durée de la saison régulière, un déplacement en Europe serait impossible à accepter pour les équipes NBA. Il serait donc fortement probable que la plupart des propriétaires utilisent un droit de veto sur cette expansion.

Un autre risque qui ne peut pas être négligé par la NBA est la possibilité que l’expansion ne fonctionne pas. Malheureusement, ce facteur est tout en haut de la liste de ce qui empêcherait la NBA de faire le grand pas d’une nouvelle expansion et surtout à l’étranger.

La crainte que cette expansion ne soit pas efficace et rentable est beaucoup trop grande et cette crainte est justifiée, car le Basket européen possède déjà ses adeptes et la NBA, aussi puissante soit-elle, ne peut pas forcément conquérir les fans européens, car une grande partie d’entre eux ne regarde pas la NBA et préfère le Basket Européen qui est moins spectaculaire mais plus intéressant pour beaucoup de fans de Basket.

La NBA se rappellera sûrement comme une évidence ce qui est arrivé à la NFL qui a tenté de créer une ligue mondiale, mais qui n’a pas du tout fonctionné et a fait perdre plusieurs millions de dollars à la NFL. Cet exemple ne motive sûrement pas la NBA à s’exporter au-delà de ses frontières.

Le logo de NFL Europa qui a cessé en 2007
Source : Wikipédia

Il est donc peu probable de voir une expansion dans les prochaines années et encore moins en Europe, mais il est toujours intrigant d’imaginer quelles villes pourraient accueillir une prochaine franchise NBA. Les probabilités jouent tout de même en faveur d’une expansion au sein des Etats-Unis avec les villes de Las Vegas ou encore Seattle qui reviennent souvent dans les discussions. La seconde probabilité se trouve au Canada avec Vancouver qui pourrait enfin retrouver une chance d’accueillir une équipe NBA après le départ désastreux des Grizzlies en 2001. Enfin, la dernière possibilité se retrouve en dehors du continent américain et pourquoi pas en Europe, continent qui ne demande qu’à accueillir une équipe NBA.

Les Villes possibles pour l’expansion

Seattle

Kevin Durant, dans le maillot de Shawn Kemp, de retour dans la KeyArena en 2018 avec les Warriors pour un match de présaison
Source : Getty/Noah Graham/NBAE

Dans une volonté d’expansion de la grande ligue, il est impossible d’imaginer que cette dernière n’ait pas dans un coin de sa tête le retour de l’une des équipes les plus excitantes et surtout les plus spectaculaires des années 90 à savoir les SuperSonics de Seattle. Cette équipe, emmenée par Gary Payton et Shawn Kemp, était la définition de “Lob City” bien avant les Clippers et les fans étaient exceptionnels, offrant leur soutien inconditionnel à leur équipe, du moins, à cette époque-là.

Le départ de l’équipe en 2008 vers Oklahoma City a été un grand regret pour cette ville et beaucoup de joueurs et personnalités ne voulaient pas voir l’équipe quitter Seattle en 2008.

L’exemple parfait est Steve Ballmer, aujourd’hui propriétaire des Clippers, qui avait proposé de racheter l’équipe en 2008 pour la maintenir à Seattle et surtout qui était prêt à payer toutes les rénovations de la KeyArena, mais cela n’a pas fonctionné. De plus, en 2013, il a proposé 650 millions de dollars pour racheter les Kings et les relocaliser à Seattle, mais sans avoir plus de réussite.

Cette ville a peut-être perdu son équipe, mais comme on a pu le voir au début de la saison 2018 lorsque les Warriors ont joué un match de présaison à Seattle, la ferveur est encore présente et ils n’ont jamais perdu cette grande passion. Cependant, avant d’imaginer une expansion vers Seattle, il faut d’abord que la KeyArena subisse la rénovation qu’elle mérite et heureusement, c’est enfin le cas après énormément d’années de patience donc qui sait ce que l’avenir réserve à cette ville.

Las Vegas

Las Vegas, surnommé “Sin City”, la ville de tous les excès
Source : Visittheusa.fr

Après avoir vu le choix n°1 dans le cœur de beaucoup de fans, il est important de voir le choix n°1 dans le coeur de la NBA et de ses partenaires et ce choix se trouve du côté du Nevada avec Las Vegas.

A l’image des différents sports qui s’insère dans la ville de Las Vegas comme en Football Américain avec la délocalisation des Raiders de Oakland à Las Vegas ou encore le succès des Aces en WNBA et des Golden Knight en NHL, la NBA pourrait fortement voir une expansion du côté de “Sin City” qui est un choix financier très intéressant pour la NBA mais un peu moins pour les fans.

Certes, la ville ne demande qu’à posséder sa propre franchise mais c’est aussi une ville très tournée sur l’argent et qui risque de ne pas offrir une réelle “fanbase” mais plutôt un spectacle de plus pour les touristes de la ville ce qui n’est pas spécialement une bonne chose pour les fans de Basket mais une bonne chose pour les finances de la NBA.

Vancouver

Le défunt David Stern sur le parquet des Grizzlies de Vancouver
Source : BasketUSA.com

En dehors des Etats-Unis, un choix intéressant serait la ville de Vancouver même si cette ville a connu un départ de son équipe beaucoup plus violent que Seattle.

En effet, Vancouver a déjà connu la NBA au travers de la franchise des Grizzlies qu’elle a accueilli de sa création en 1995 jusqu’en 2001. Le propriétaire, Michael Heisley, ne pouvant finalement plus supporter le manque d’enthousiasme de la ville envers l’équipe, l’équipe s’est installée depuis à Memphis.

Cependant, ce manque d’enthousiasme venait clairement du fait que l’équipe était faible durant les sept années de sa présence au Canada avec comme motif aucune qualification en Playoffs durant tout ce temps. La logique a donc fait que les fans se sont simplement désintéressés d’une équipe peu reluisante (de 17 183 fans dans les tribunes en 1995 à 13 737 en 2000).

Ce mauvais départ des deux côtés, que ce soit le propriétaire qui voulait absolument partir et les fans qui n’ont jamais eu une équipe de basket-ball compétitive fait qu’un retour semble très difficile à imaginer.

Toutefois, durant cette saison 2019-2020, les Grizzlies de Memphis ont ressorti les maillots de Vancouver qui ont l’air de plaire encore beaucoup aux fans et offre un peu de nostalgie sur l’époque canadienne. Même s’il est peu probable de revoir un jour Vancouver retrouver le chemin de la NBA, nous ne sommes jamais à l’abri d’une surprise étonnante.

Londres

Match de NBA à Londres en 2018
Source : NBA.com

En dehors de toutes les difficultés liées au calendrier ou encore à la fatigue des joueurs au travers d’un tel déplacement en Europe, il est possible d’imaginer la NBA qui adapte son fonctionnement pour permettre une expansion en Europe et Londres pourrait se retrouver comme un choix probable.

Londres est une ville qui intéresse la NBA et le match de saison régulière opposant les Knicks et les Wizards en 2019 offre certains arguments qui pourraient influencer la NBA. La vente de toutes les places en moins d’une heure et la présence de fans de plus de 39 Pays démontre bien l’impact de la NBA sur l’Europe, et même si Londres ne semble pas être une ville très intéressée par le Basket en général, les Pays autour le sont fortement.

Ce NBA London Game 2019 était donc une possibilité pour l’Europe d’avoir accès à un match de NBA et non une possibilité pour les Anglais d’avoir accès à la NBA. Ce n’est clairement pas le choix n°1, mais Londres reste l’une des villes les plus influentes d’Europe donc la ville se retrouve obligatoirement dans les discussions même si elle n’est pas spécialement une grande ville du Basket.

En effet, Londres est une ville dominée par le Football et il est peu probable de voir la NBA vouloir tenter une conquête d’une ville qui connaît déjà un sport dominant et dont les habitants ne semblent pas vouloir s’intéresser à un autre sport.

De plus, un autre problème qui se retrouve dans cette vision est la situation du Brexit qui va créer plusieurs difficultés que la NBA n’a sûrement pas envie de gérer dans un cadre d’expansion, cela ne serait pas logique dans l’intérêt de la NBA.

Paris

Michael Jordan, Adam Silver et Marc Lasry
Source : Youtube

Même si cela est difficile en tant que français, il faut analyser la situation de Paris dans une situation d’expansion de façon complètement objective.

Tout d’abord, l’idée de Paris n’est pas négligeable, et même le site reconnu “Bleacher Report” a mis en avant l’idée que Paris pourrait être une ville capable d’accueillir la première équipe NBA Européenne. D’ailleurs, la grande ligue s’intéresse fortement au marché français comme on peut le constater avec le match de saison régulière qui s’est déroulé à Paris en 2020 et le prochain en 2021.

Le NBA Paris Game de 2020 a eu énormément de succès avec plus de 140 000 personnes préinscrites pour la billetterie, mais cet engouement s’est vite dissipé avec une grosse problématique autour du prix des places et cela a même conduit à ce que plus de 1000 places soient encore disponibles quelques jours avant l’événement. En dehors du prix des places, l’ambiance a aussi fait défaut lors de l’événement ce qui peut offrir un questionnement sur l’adaptation d’un sport américain aux mentalités européennes.

Même si le match de Paris en 2020 a créé beaucoup de débat, la NBA ne voit sûrement que le côté financier et si ce match a mis en avant une bonne vision financière, la NBA pourrait fortement envisager Paris comme le choix logique dans l’idée d’une expansion Européenne mais cette idée est encore très lointaine et peu probable.

Un autre argument au choix de Paris est l’ancienneté et l’amour que porte la grande ligue pour la capitale française. Depuis plusieurs décennies, la NBA entretient une relation particulière avec la France et dans les années 90, les Bulls de Jordan, entre autres, ont participer à plusieurs matchs d’exhibition et plusieurs matchs de pré-saison et cette relation continue jusqu’à aujourd’hui et même si cela n’a surement aucune influence sur la décision de la NBA, à choisir entre Londres et Paris, vu les antécédents, il est fortement probable que le choix se tourne vers Paris.

Madrid

Le Real Madrid contre Oklahoma City le 3 Octobre 2016
Source : Realmadrid.com

La capitale espagnole semble être la meilleure idée d’expansion dans l’intérêt du jeu. Madrid est l’une des villes européennes qui respire réellement le Basket et qui connaît un gros succès dans ce pays avec plusieurs stars en NBA qui ont la nationalité espagnole ou qui sont passées par une équipe espagnole. Il suffit de voir l’effet de la Dream Team de 1992 sur l’Espagne pour voir l’amour que possède l’Espagne envers la balle orange.

L’argument le plus intéressant est la présence du Real Madrid et de Barcelone qui évite la nécessité de créer une équipe pour la NBA, mais simplement d’intégrer une équipe déjà mise en place et qui possède l’un des meilleurs palmarès d’Europe avec une équipe très forte et très compétitive. Le Président du Real Madrid, Florentino Perez, a déjà évoqué, et même tenté d’intégrer son club à la grande ligue. Si l’idée d’une expansion se profile, le Real Madrid serait un candidat plus que crédible

Cependant, même si dans un match de présaison du 3 Octobre 2016 le Real Madrid a battu Oklahoma City, le Real Madrid reste trop faible pour la grande ligue, mais cela est le cas de toutes les nouvelles équipes qui rejoignent la ligue, car il faut un temps d’adaptation et surtout une draft exemplaire pour devenir compétitif en NBA.

Pleins d’autres problèmes existent dans l’idée de l’intégration du Real Madrid parmi lesquels :

1 – Les règles différentes entre la NBA et l’Europe
2 – Le calendrier différent qui demande un temps d’adaptation important
3 – L’acceptation des fans du Real Madrid de voir le Club changer de ligue
4 – Passer d’un jeu Européen défensif a une NBA qui repose sur l’attaque

Laisser un commentaire