Le carnet des rookies 1.0

Chaque semaine Clutch Time vous propose un petit focus sur les rookies afin de faire le point sur les bonnes ou mauvaises performances des débutants.

NBA.com

Ils sont plus d’une quarantaine à avoir foulé les parquets de la grande ligue. La promotion 2019 est remplie de rookies prometteurs, bien que Zion Williamson soit toujours absent des parquets à l’heure d’écrire ces lignes, voici un bilan hebdomadaire des performances des jeunes à l’approche du terrible Rookie Wall. (les statistiques sont arrêtées au 7/01/20)

Bien sûr qu’ils ont leur place dans le Cinq

Jerome Miron – USA Today

Ja Morant, PG, Memphis Grizzlies : 31m, 17.6pts, 3.2rds, 6.6pds

Une franchise drivée par un coach rookie avec un meneur rookie est généralement réduite à végéter dans les bas-fonds de sa conférence, et pourtant Memphis présente actuellement un bilan honorable avec 15v-22d et Ja Morant n’y est pas étranger. Le meneur a de la dynamite dans les jambes et possède un sens évident du spectacle.

Inconscient en attaque, le n°2 de la draft a réussi sa semaine avec 23 points à Sacramento, 22 points dans la victoire surprise chez les Clippers et 25 contre les Timberwolves. L’arrière est également plus à l’aise dans la distribution avec au minimum 7 passes décisives depuis 6 matchs. Un chiffre à contrebalancer avec 7 pertes de balles à Sacramento !

Il reste le meilleur scoreur chez les rookies et présente un usage rate toujours aussi élevé : 26,7% (via NBA.com). A titre de comparaison, Trae Young était utilisé à hauteur 27,7% la saison passée.

Kendrick Nunn, PG, Miami Heat : 36m, 15.4pts, 2.8rds, 3.7pds

Voici la grande surprise de la promotion ! L’arrière non drafté (25 ans) bat tous les records de précocité en tant que rookie à Miami, et collectionne les trophées individuels.

L’absence de Justise Winslow cumulée avec le fait que Goran Dragic ait accepté un rôle de 6e homme, a libéré une place de meneur titulaire au sein du système de coach Spo’. Néanmoins, le deuxième meilleur scoreur des rookies connaît une irrégularité et une baisse dans ses statistiques offensives. Sur les 5 derniers matchs, Nunn a scoré seulement 10.4pts de moyenne avec une adresse aux tirs qui tombe à 33,9% et 24% à 3pts. Les défenses ont, semble-t-il, intégré la menace Nunn dans leur playbook. L’arrière a souvent été catalogué comme un « scoreur first » sans avoir de plan B lorsque la route vers le cercle lui est barrée. Cette période creuse pourrait lui servir afin d’être plus attentif aux mouvements constants des shooteurs du Heat afin de gonfler sa stat aux passes décisives. Sur ces 5 derniers matchs, l’arrière tourne à 4,4pds contre 3,7pds depuis le début de la saison.

P.J. Washington, PF, Charlotte Hornets : 34m, 12.6pts, 5.4rds, 1.9pds

L’ancien joueur de Kentucky profite de l’absence et la baisse de temps de jeu des vétérans Batum, MKG et Williams. Afin d’avoir sa place dans le cinq majeur dès le début de la saison, P.J. Washington démontre une capacité à défendre sur plusieurs postes grâce à une belle envergure et une certaine mobilité. De tels atouts physiques qui lui permettent d’être le 2e meilleur rookie concernant les balles déviées (77) juste derrière le meneur Ky Bowman, sans oublier ses 1,3 contres de moyenne sur les 11 derniers matchs ! Coach Borrego lui fait indéniablement confiance avec un temps de jeu qui tourne autour des 30 minutes depuis décembre, et cherche à développer une complémentarité avec le candidat MIP Devonte’ Graham.

De’Andre Hunter, SF, Atlanta Hawks : 36m, 12.3pts, 3.8rds, 1.8pds

Les Hawks ont tradé pour obtenir l’ailier le soir de la draft, il est donc évident qu’ils n’allaient pas le laisser jouer en G-League. Il s’agit du rookie qui se voit accorder le plus de temps de jeu en moyenne (31’8). Pas encore régulier dans son tir, l’ailier performe en silence du côté d’Atlanta, car souvent spectateur des envolées offensives de son meneur Trae Young. A seulement 21 ans, le rookie apprend le métier discrètement, tellement discrètement qu’il nous a offert la ligne statistique la plus étrange de cette saison avec seulement 2 rebonds captés en 30 minutes de temps de jeu!

Darius Garland, PG, Cleveland Cavaliers : 36m, 11.7pts, 2rds, 3.2pds

Auteur récemment de matchs solides, Darius Garland s’est offert deux records à la passe avec 7 puis 8 contre Charlotte et Oklahoma City… Oui pour un meneur ce n’est pas extraordinaire mais à sa décharge le rookie évolue dans une situation compliquée où il doit partager la gonfle avec Collin Sexton, où le coach est critiqué par ses joueurs et que le joueur le mieux payé de l’équipe (Kevin Love) semble perdre ses nerfs. Irrégulier depuis le début de la saison avec une adresse aux tirs suspecte, le fils de l’ancien NBAer Winston Garland a enfin proposé un contenu un peu plus intéressant ces derniers jours.

Allez, encore 2′ et faites-les rentrer sur le terrain

via Getty Image

Eric Paschall, PF, Golden State Warriors : 33m, 14pts, 4.5rds, 1.7pds

Un mois de décembre mitigé pour celui qui affichait des statistiques dignes d’un ROY. Deux cartons offensifs en novembre (34pts contre Portland et 30 contre New Orleans), celui qui fût la menace N°1 des Warriors en l’absence de Russell a connu des soucis physiques en décembre, notamment au niveau de la hanche. Incapable de jouer plus de quatre matchs de suite, Steve Kerr et son staff ont décidé de limiter son temps de jeu afin de ne pas le brûler (16′ sur les huit derniers matchs contre 28′ de moyenne sur la saison). Avec les pépins physiques de Draymond Green et le départ tout récent de l’intérieur Marquiss Chriss, l’ancien de Villanova devrait sans doute retrouver du temps de jeu et des responsabilités.

Brandon Clarke, PF, Memphis Grizzlies : 31m, 12.6pts, 5.6rds, 1.4pds

Avec Ja Morant, les Grizzlies tiennent là aussi un rookie qui compte et qui apporte beaucoup sur le terrain. Certes, il s’agit de l’un des rookies les plus âgées, mais l’intérieur est classé parmi les 35 joueurs de la ligue ayant le plus d’impact par match (via NBA.com) avec un score de 14.7, c’est tout simplement le meilleur rookie dans cette catégorie ! Une tendance confirmée chez ESPN qui utilise le PER pour évaluer les joueurs. Avec un score de 22.63, Clarke est classé 19e ! Avec un temps de jeu limiter à 21′ par matchs, l’intérieur ne chôme pas lorsqu’il rentre sur le parquet et truste le haut des classements de plusieurs catégories !

On savait avant sa draft que ce joueur pouvait entrer dans la ligue et avoir un impact immédiat grâce à son énergie, mais des doutes subsistaient quant à sa petite envergure et son tir à 3pts. Et bien le rookie commence déjà à répondre concernant cette dernière interrogation avec déjà 35 tentatives cette saison contre seulement 24 en trois ans en NCAA.

Tyler Herro, SG, Miami Heat : 35m, 13.3pts, 4.3rds, 2.1pds

La sélection en 13e position de l’arrière ne fût pas accueilli avec enthousiasme du côté de la Heat Nation, mais force est de constater que l’ancien de Kentucky est déjà un shooteur hors pair grâce à une position toujours parfaite de ses pieds et une extrême confiance en lui !

Dion Waiters n’a pas encore mis un orteil sur le parquet, c’est donc Herro qui récupère ses minutes, ses responsabilités et des acclamations de la part de l’AAA ! Son tir à 3pts dans les dernières secondes de la rencontre contre Philadelphie illustre parfaitement la confiance de ce joueur.

N’oublions pas que Tyler Herro n’aura que 20 ans le 20 janvier prochain et qu’il présente déjà des statistiques offensives plus intéressantes en comparaison avec des joueurs de son âge.

L’arrière n’est pas à l’abri de trou d’air (0/6 à 3pts contre Orlando) et ses bras « T-rex » restent problématiques pour gêner un minimum les tirs adverses, néanmoins ce joueur est un délice à voir jouer en attaque et deviendra sûrement une menace de tous les instants.

Coby White, PG/SG, Chicago Bulls : 37m, 11.3pts, 3.4rds, 2.2pds

Voici un combo-guard plus combo que guard, l’ancien de North Carolina a le goût du tir dont une certaine attirance pour le tir en tête de raquette. En seulement 24 minutes de temps de jeu, il prend en moyenne 11 tirs par match (appelée aussi : la stat Jordan Clarkson). Coby White profite du récent décalage de Kris Dunn au poste 3 afin de grappiller des minutes au poste d’arrière remplaçant. On notera tout de même une légère amélioration au niveau de l’adresse sur les dernières rencontres.

Jarrett Culver, SG, Minnesota Timberwolves : 34m, 8.4pts, 3.4rds, 2pds, 1.1ints

Pas facile la vie d’un Timberwolf : Une série noire de 11 défaites de suite, un Karl-Anthony Towns out et mécontent de sa situation et un Andrew Wiggins qui a perdu la confiance du début de saison. Un point positif à retenir tout de même à Minnesota, leur lottery pick 2019 vient récemment d’atteindre son record de point sur un match avec 24 unités contre les Grizzlies.

Pour la première fois Culver vient d’enchaîner trois matchs à plus de 30 minutes de temps de jeu entre le 30/12 et le 02/02. L’arrière prend également plus sa chance de loin avec minimum 4 tentatives depuis cinq matchs. L’ancien de Texas Tech est encore loin d’être à l’aise avec son shoot, 34,1% aux tirs… Culver est toujours parmi les pire TS (41.8%) et EFG (41.4%) de sa promotion.

Terence Davis, SG, Toronto Raptors : 36m, 6.9pts, 3rds, 1.8pds

Toronto doit faire face à un nombre conséquent d’absences. L’arrière en provenance de Ole Miss est donc bien intégré dans la rotation de Nick Nurse. Avec un temps de jeu autour des 17 minutes, le rookie s’offre la veille du nouvel an un record de points dans la victoire contre Cleveland avec 19 points.

Les Raptors ne peuvent s’empêcher de dénicher de superbes joueurs en fin de 1er tour de draft ou bien non draftés (Siakam, VanVleet, Powell, Anunoby) et voilà donc que la dernière trouvaille est un arrière d’1m93 de 22 ans qui présente le meilleur net rating de sa promotion avec un score de +12,4 lorsqu’il est sur le terrain.

Ils pointent enfin le bout de leur nez

Michael Porter Jr., SF, Denver Nuggets : 27m, 6pts, 2.9rds, 0.5pd

Il aura fallu du temps pour que Mike Malone accorde du temps de jeu significatif pour l’ancienne vedette de Missouri. C’est juste après Noël que MPJ passe de 8′ de temps de jeu sur ses 20 premiers matchs à 17′ sur ses 5 dernières apparitions. Après avoir envoyé un message en direction du staff sur sa faible utilisation, Denver semble avoir trouvé une solution en alternant un match à plus de 20′ de temps de jeu avec un match à 10′ afin de préserver ce corps réputé fragile. Avec du temps de jeu, l’ailier de 2.08m est agréable à voir jouer en attaque, il ne refuse aucun tir et possède peut-être le stepback le plus loooong de la ligue. Un record en carrière, 25pts dans la belle victoire à Indiana.

Sekou Doumbouya, F, Detroit Pistons : 10m, 4.6pts, 3rds, 0.2pd

Enfin !! Le français drafté en 15e position par Detroit a dépassé les 10′ de temps de jeu ! Il faut dire que coach Casey fait face à de nombreuses absences dont Blake Griffin, et conjuguées aux mauvais résultats, il a pris la décision de placer l’ancien joueur de Limoges dans le cinq et de lui accorder 27′ de temps de jeu contre les Clippers et 38′ contre les Warriors ! Sa première titularisation fût face à Paul George et Kawhi Leonard, pour ensuite défier les Lakers de LeBron James. Dwane Casey lui offre enfin des occasions de noircir la feuille de stats. Le français a même démontré une capacité à tirer de loin avec un joli 4/7 à 3pts contre les Warriors, après avoir raté ses sept premières tentatives.

Un bémol tout de même, le jeu va vite, comme évoqué lors d’une récente interview, Doumbouya a tendance à faire trop de fautes (5 en moyenne sur 3 matchs) et se fait contrer trop facilement. Mais pour l’instant le jeune français, qui vient de fêter ses 19 ans, a encore le temps d’apprendre et de progresser.

« Sekou a fait un boulot solide. Il a mis ses shoots, ce qui était super, mais il est encore en train d’apprendre le boulot. » Dwane Casey

Pistons.com

Encore naïf, contre les Lakers, le français sort pour 6 fautes et semble distrait sur certaines actions comme lors de la remise en jeu des Lakers qui se terminera par un alley-oop de LeBron James. Avec une opération prévue pour Blake Griffin, le français va pouvoir pleinement s’exprimer et il n’a pas perdu de temps pour faire son apparition dans un top 10!

Naz Reid, F/C, Minnesota Timberwolves

Accumulation de blessures et de défaites, une situation qui pousse Ryan Saunders à sortir Reid de G-League afin de le tester dans la grande ligue. L’ancien de Louisiana State n’avait foulé le parquet que 4 minutes sur deux matchs en décembre, et le voilà qui apparaît dans le cinq majeur dans la victoire contre Brooklyn le 30 décembre 2019. Cela fait trois matchs que cet intérieur fuyant joue avec des temps de jeu de 19, 18 et 20 minutes. Le joueur de 2,08m ne perd pas de temps et peut tirer sans sommation. En 19′ de temps de jeu, il a pris 10 tirs à 3pts ! En prenant en compte les cinq derniers matchs, son USG dépasse l’imaginaire avec une utilisation autour de 28.7%, plus que n’importe quel autre rookie! Un profil atypique, un physique d’intérieur mais qui joue avec l’instinct et l’attitude d’un ailier.

Garrison Mathews, SG, Washington Wizards

L’arrière de 23 ans n’était pas connu du grand public, mais cela n’est plus le cas avec un record fou et inattendu de 28pts contre le Heat.

Mathews fera également des dégâts aux Trail Blazers avec 5 sur 7 à 3pts. Lié au Wizards via un two way contract, ce genre de performance peut faciliter une intégration en bonne et due forme dans le roster des Wizards. Sur les cinq derniers matchs, il fait parti du top 5 des scoreurs les plus efficaces chez les rookies avec un True Shooting à 64% avec des pourcentages aux tirs Korveresque (46-43-90).

La frayeur de la semaine

Kevin Porter Jr, SG, Cleveland Cavaliers, 34m, 8.5pts, 3.3rds, 1.9pds

Le gaucher démarrait son 2e match dans le cinq de départ, mais malheureusement n’a pu le terminer correctement. Balle en main, le rookie semble avoir un mauvais appui et en se jetant se sol, il se tient le genou gauche. Heureusement le pire n’est pas envisagé, il s’agirait d’une entorse du genou.

Par pitié ne les laissez pas tirer !

via Getty Image

R.J. Barrett, SG, New York Knicks : 35m, 13.7pts, 5.2rds, 2.6pds

Malgré un début de saison prometteur, le canadien ne semble pas en harmonie avec son tir : 38.9% aux tirs, 31.5% à 3pts et 57.3% aux lancers francs ! Il n’est jamais évident de rester constant dans un contexte aussi particulier que celui des Knicks. Après quatre matchs de suite en dessous des 39% aux tirs, Barrett a sorti un peu la tête de l’eau avec une pointe à 24 points chez les Clippers dont un encourageant 9/11 sur la ligne de réparation.

Cameron Reddish, SF/SG, Atlanta Hawks : 33m, 8pts, 3.8rds, 1.6pds

31.9% aux tirs, 26.4% à 3pts avec près de quatre tentatives par matchs et un EFG affreux à 37.8% (3e pire rookie). Lors de ses 4 derniers matchs, l’ancien coéquipier de Zion n’a pu qu’apporter 4 points par matchs, une production famélique en comparaison aux attentes placées sur ce joueur.

Il est toujours essentiel de laisser du temps aux jeunes mais il faut avouer que les rendements offensifs des deux anciens de Duke semblent bien pauvres.

Les absents : pas d’évaluation de la semaine

Zion Williamson, PF, New Orleans Pelicans

Comme l’a évoqué le GM David Griffin, son job est de faire en sorte de ne pas le faire revenir trop tôt sur le terrain. La ligue s’impatiente de voir à l’œuvre celui qui fût considéré comme le meilleur joueur drafté N°1 depuis Blake Griffin. Certains s’inquiétait même de le voir faire une première saison blanche comme ce dernier. Les Pelicans n’ont pas manqué de rassurer tout le monde avec une vidéo qui met en appétit.

Selon ESPN, Williamson serait apte à reprendre les séances de 5 contre 5.

Rui Hachimura, PF, Washington Wizards : 25m, 13.9pts, 5.8rds, 1.6pds

Absent des terrains depuis le 17 décembre 2019, le japonais doit faire face à des soucis physiques contractés au niveau de l’aine lors d’une rencontre face aux Pistons. Le staff des Wizards préfèrent jouer la carte de la prudence en effectuant plusieurs évaluations de son état afin de ne pas précipiter son retour.

Matisse Thybulle, SG/SF, Philadelphie Sixers : 30m, 4.8pts, 1.1rds, 1.2pds

Le rookie aux mains de voleurs n’est pas apparu sur les terrains depuis le 22 décembre. Une entorse au genou droit l’empêche de jouer correctement. Il est pour le moment autorisé à s’entraîner tout en limitant les contacts.

Il ne fait plus partie de la classe, pour le moment

USA-Today

Justin Robinson, PG, Washington Wizards : 9m, 1.4pts, 0.6rd, 0.8pd

Non drafté à sa sortie de Virginia Tech, Robinson a été coupé récemment par les Wizards pour confirmer Gary Payton III dans le roster. Son contrat allait devenir garanti mais le meneur n’a pu se faire une place avec seulement 5 minutes de temps de jeu en moyenne.

Les autres élèves à surveiller

  • Cameron Johnson, SF, Phoenix Suns: 33m, 8.3pts, 3.1rds, 1pd
  • Jaxson Hayes, C, New Orleans Pelicans: 34m, 7.9pts, 4.4rds, 0.9pd
  • Ky Bowman, PG, Golden State Warriors: 34m, 7.7pts, 2.6rds, 2.9pds
  • Jordan Poole, SG, Golden State Warriors: 31m, 7pts, 1.9rds, 1.8pds
  • Nickeil Alexander-Walker, SG, New Orleans Pelicans: 28m, 5.5pts, 2.1rds, 1.7pds
  • Daniel Gafford, PF/C, Chicago Bulls: 27m, 4.6pts, 2.2rds, 0.4pd
  • Kelan Martin, SF, Minnesota Timberwolves: 16m, 6pts, 3.4rds, 0.6pd
  • Jaylen Nowell, SG, Minnesota Timberwolves: 7m, 4.4pts, 0.7rd, 0.9pd
  • Grant Williams, PF, Boston Celtics: 32m, 3.3pts, 2.3rds, 1pd

2 thoughts on “Le carnet des rookies 1.0

  1. Ping : Le carnet des rookies 2.0 – Clutch Time

Laisser un commentaire