La mission impossible des Bleus aux JO

L’Équipe de France de basket masculine se prépare actuellement à participer aux Jeux Olympiques de Tokyo. Un challenge de taille, puisque les Bleus commencent la compétition par un face-à-face avec Team USA, l’éternel favori, après s’être inclinée deux fois en préparation face à l’Espagne, ravivant des souvenirs douloureux des précédentes rencontres, puis face au Japon, et avec deux autres matches pièges contre l’Iran et la République Tchèque pour accéder en quarts de finale. Le tout dans un contexte sanitaire contraignant et des changements de dernière minute, avec l’apparition de cas de Covid au sein même du village olympique. Mission impossible?


La préparation à Malaga


©2021 Julien Bacot/FFBB

Les rencontres avec l’Espagne

C’est un adversaire bien connu que les Bleus ont rencontré d’abord à Malaga devant leur public, puis à Paris Bercy devant le public français venu en nombre malgré les contraintes sanitaires, le 10 juillet 2021 (plus de 9000 spectateurs dans les tribunes de l’Accor Arena). Sans Pau Gasol cette fois, le collectif espagnol a déroulé son script habituel, avec un Marc Gasol en roue libre, toujours aussi dangereux à trois points, et jouant les tours de contrôle en tête de raquette avec son volume et ses qualités de passeur.

Rudy Gobert et Willy Hernangómez à Bercy. ©2021 Julien Bacot/FFBB

La triplette d’arrières LLull-Rodriguez-Rubio s’est baladée et a même toisé ses adversaires, usant même de vieilles ruses pour reprendre le ballon aux français – Rubio anticipe le contact sur les écrans, rebondissant sur les intérieurs Rudy Gobert et Mustapha Fall et se retrouve les 4 fers en l’air sur le parquet, bluffant par deux fois les arbitres. Aucun hasard, c’est même brillamment exécuté, on va appeler ça le “métier”. Dans une courte victoire (87-79), deux possessions retirées à l’adversaire pèsent lourd, et risquent de pénaliser à nouveau les bleus dans des matches importants, où tous les coups seront permis.

Jouant un basket très juste et avec une belle adresse, l’Espagne fait preuve de régularité et de maîtrise, dans le même registre depuis 20 ans. À Bercy comme à Malaga, l’Espagne était trop forte.


Une préparation amputée

Après deux matches chocs contre l’Espagne à Malaga puis à Bercy, devant le public français, l’Équipe de France devait rencontrer l’Italie pour compléter sa préparation. C’est finalement le Japon, pays organisateur et équipe atypique, disposant tout de même de deux joueurs NBA et de deux intérieurs puissants, qui s’est imposée lors du dernier match amical (81-75) en proposant un jeu à la fois rapide et percutant, sur son terrain.

Scrimmage à Oshino (Japon) ©2021 Toshihiko Amano/FFBB

Du fait du décalage de la saison NBA, des joueurs comme Rudy Gobert (Utah Jazz, éliminé au second tour des playoffs NBA par les Clippers) et Nicolas Batum (LA Clippers, éliminé en finale de conférence ouest par Phœnix) sont arrivés tardivement en préparation, et même s’ils ont participé à la rencontre phare de Paris Bercy, montrant de très belles choses et une certaine aisance à leur postes respectifs, leur intégration dans le collectif va devoir se faire aux forceps, et si les vétérans ont l’habitude d’évoluer sous le maillot des Bleus comme chaque été depuis des années, c’est plus délicat pour leurs coéquipiers, dont certains comptent peu de sélections en Équipe de France, de trouver les automatismes nécessaires à la bonne exécution des systèmes. Il va falloir apprendre très vite.

Un tournoi Olympique accéléré

Avec tout juste 3 matches de groupe et une phase finale en trois étapes (quarts de finale, demi-finale et finale), c’est en à peine § matches que se joueront ces Jeux (contre 8 précédemment). Un parcours accéléré qui ne permet aucune erreur. Comme l’a souligné Rudy Gobert, chaque match sera important non seulement pour son résultat, mais pour le goal average, qui peut s’avérer déterminant pour la suite du tournoi. Chaque action dès dimanche sera donc lourde de conséquence.

Scrimmage à Oshino (Japon) – Nando de Colo ©2021 Toshihiko Amano/FFBB

Tout pour le quart

Après deux Olympiades déjà (Londres 2012 et Rio 2016), Nicolas Batum et Nando de Colo entament leur troisième expérience olympique, avec pour objectif minimum de remporter le quart de finale, perdu lors des deux éditions précédentes (et contre l’Argentine lors de la World Cup en 2019). L’objectif est donc la médaille.

Team USA en tête

Si l’on peut s’enorgueillir d’une victoire contre l’équipe américaine en quart de finale lors de la dernière Coupe du Monde en Chine en 2019 (89-79), Vincent Collet a donné une clé à la fois intéressante et perturbante lors d’un point presse précédant la rencontre avec le Japon. En effet, l’entraineur des Bleus indique que cette victoire devrait servir au staff technique américain, qui risque donc de présenter des solutions aux problèmes rencontrés, et proposer une opposition très différente lors de ce premier match. Une thèse confirmée par Gregg Popovich, l’entraineur américain et légende des San Antonio Spurs, qui a déclaré penser à cette rencontre depuis 2 ans, affichant clairement sa détermination à laver l’affront subi à la Coupe du Monde. Les Bleus ne pourront donc se contenter de simplement rééditer l’exploit, ils devront déjouer les plans de leur adversaire et trouver de nouvelles solutions sur le terrain.

©2021 Julien Bacot/FFBB

Et quoiqu’il arrive lors de ce match d’ouverture contre Team USA, il sera primordial de bien gérer la suite de la compétition contre deux équipes qui affichent un effectif complet, avec de la taille et de la vitesse – la République Tchèque et l’Iran. En effet, si l’incertitude plane sur la première rencontre face au rival américain, la France ne peut de toute évidence pas se permettre de perdre lors des rencontres suivantes. C’est là que le tournoi olympique se jouera pour les Bleus.

Rendez-vous dimanche 25 juillet 2021 à 14h, heure française, pour le choc France-USA sur France Télévisions et Eurosport.

Laisser un commentaire