Le carnet des rookies 4.0

Chaque semaine ClutchTime vous propose un petit focus sur les rookies afin de faire le point sur les bonnes ou mauvaises performances à retenir.

Depuis dimanche dernier, des familles et la NBA sont endeuillées par ce tragique accident. Kobe Bryant nous manque déjà et restera à jamais dans nos mémoires. Il est possible de retrouver chez certains joueurs actuels quelques uns de ses fadeaway jumpers, ses moves poste bas, son mâchouillage de jersey. Profitons des tous ces artistes qui nous font vibrer à travers ce sport que l’on aime tant.

Cette semaine, nous évoquons les débuts tant attendus de Zion et ce que l’on peut retenir des performances de ces derniers jours pour les autres débutants. (les statistiques sont arrêtées au 29/01/20)

Ils sont l’avenir et ils assurent déjà le show

CBS Sports
Zion Williamson, PF, New Orleans : 4m, 18pts, 8.3rds, 1.5pds

L’impatience qui animait l’univers NBA s’est évaporée. Les fans et les journalistes se tournaient régulièrement vers la Nouvelle Orleans en quête d’informations sur le prodige, comme un client au restaurant fixant du regard avec insistance le serveur pour recevoir enfin son dessert. C’est face aux Spurs que Zion a marqué son premier panier. Malgré un début de rencontre compliqué, Williamson va nous servir un succulent 4e quart-temps avec 17 points de suite (4/4 à 3pts) permettant ainsi aux Pelicans de revenir au score.

Un coup de chaud stoppé par le staff médical suivi du coach Alvin Gentry afin de préserver le joyau.

« J’ai checké avec le staff médical et ils m’ont dit : ‘Il doit sortir’. J’ai dit : ‘Je ne le sors pas tout de suite, je le fais encore jouer 2 minutes’. Et il a mis trois 3-points. Il m’a dit : ‘Coach, je peux gagner ce match’. J’ai dit : ‘Je sais, mais je dois te sortir’. » Alvin Gentry

via ESPN

Des précautions similaires sont prises face aux Nuggets. Son temps de jeu est légèrement en hausse mais toujours pas de Zion dans le money time. Dans ce match, le rookie a montré qu’il pouvait être un problème pour ses adversaires au poste bas. Bien qu’il cherche naturellement à se retrouver en position de tir sur sa main gauche, il faut avouer qu’il a un bon touché.

Le staff des Pelicans essaye pour l’instant de contenir la bête, mais il est évident qu’il apporte énormément sur le terrain. Son entente avec le meneur Lonzo Ball saute aux yeux et peut se révéler redoutable pour les semaines à venir.

Bien que San Antonio l’ait complètement laissé ouvert à 7.23m, Williamson se nourrit principalement « in the paint », avec près de 83% de tentatives (via NBA.com). Les Pelicans peuvent encore accrocher les Playoffs, et le retour de Zion ne peut que les aider (29′ dans la victoire à Cleveland).

Ja Morant, PG, Memphis Grizzlies : 41m, 17.5pts, 3.5rds, 7.1pds

L’arrière a connu son plus mauvais match mercredi dernier à Boston. Une défaite de 24 points d’écart, seulement 2pts en 24 minutes et une défense sur Kemba Walker guère convaincante. Tous les rookies peuvent passer à travers et Ja s’est repris en allant chercher la victoire à Detroit (16pts & 12pds) puis contre Phoenix (23pts & 8pds). Le meneur est toujours aussi spectaculaire et continue de nous gratifier de quelques unes de ses inventions.

Memphis tient toujours sa 8e place à l’ouest. Leur rookie fait toujours partie des joueurs les plus dangereux de la ligue (top 15) sur les drives avec 9.8pts et 2.2pds par match lorsque Morant attaque le cercle (via NBA.com). Sa prestation dans la belle vicoitre contre les Nuggets est impressionnante (14pts, 6rds, 7pds 4ints) de part son influence sur le jeu, les Grizzlies tiennent là un pur magicien.

On veut les voir plus longtemps sur le terrain

YouTube
Tyler Herro, SG, Miami Heat : 44m, 13.1pts, 4.2rds, 2pds

La semaine dernière, Tyler Herro était absent de notre carnet suite à des ennuis physiques l’empêchant ainsi de jouer plusieurs matchs et de performer. Cette période n’est plus qu’un mauvais souvenir, dès son retour l’arrière a enchaîné trois matchs de suite à plus de trente minutes de jeu (40′ contre les Clippers). Il a repris des couleurs en scorant 25 points dans la victoire en prolongation contre Washington avec un superbe 7/9 à 3 points.

Une performance qui lui vaudra des compliments de la part d’un autre spécialiste en la matière, Bradley Beal :

« Il a une équipe qui veut qu’il shoote, et il est capable de ce genre de choses. Donc il va aller sur le terrain et ne pas hésiter. C’est incroyable de voir à quel point il est jeune, humble et fait très attention à sa mécanique de tirs. C’est génial de voir ça à cet âge, c’est un bon joueur. » Bradley Beal

via The Athletic

C’est tout simplement le rookie qui rentre le plus de tirs à 3pts par match (2.2), l’ancien de Kentucky est déjà une vraie menace extérieure, mais il n’est pas non plus un simple shooteur, en effet, Tyler Herro peut poser plusieurs dribbles et driver en direction du cercle pour finir près du cercle.

L’absence de son collègue de promotion Kendrick Nunn, lui a donné l’opportunité de jouer dans le 5 majeur contre Orlando et contre Boston. Bien que le rookie ne soit pas à l’abri d’un trou d’air (6pts vs Boston), il est tout à fait envisageable que coach Spo lui offre plus de situations de pick & roll balle en main.

Michael Porter Jr, SF, Denver Nuggets : 37m, 7.7pts, 4rds, 0.7pd

A chaque match, MPJ prend petit à petit confiance en attaque comme nous gagnons chaque jour quelques secondes supplémentaires d’ensoleillement. Le rookie prend plus de tirs sur ses dernières sorties (12, 15, 12 et 7) avec un taux de réussite plus qu’intéressant (53.2%). L’indisponibilité de Jamal Murray a effectivement redistribué les cartes et les problèmes aux tirs de l’arrière Gary Harris viennent gonfler le nombre d’opportunités pour MPJ. C’est derrière la ligne à trois points qu’il s’est montré efficace: 4/8 contre Minnesota, 3/7 contre New Orleans et 4/6 contre Houston. Avec une moyenne de 2.8, il est le rookie le plus prolifique à trois points sur ces cinq derniers matchs (via NBA.com). Le staff des Nuggets peut se reposer sur le talent indéniable du 14e choix de la draft 2018 pour débloquer certaines situations comme ce fut le cas contre les Rockets dimanche dernier.

MPJ est aussi présent au rebond avec une moyenne de 10.2 prises de moyenne sur ses cinq derniers matchs.

Ne vous fiez pas à leur âge, ils savent comment gagner des matchs

ELIZABETH ROBERTSON – The Philadelphia Inquirer
Matisse Thybulle, SG, Philadelphie Sixers : 40m, 4.9pts, 1.6rds, 1.3pds, 1.5ints, 0.8blk

Jusqu’à cette nuit, L’arrière était présent dans le cinq de départ et les Sixers se portaient plutôt bien avec une bilan 5v-1d. Le rookie est clairement une peste en défense avec des mains très actives lui permettant de perturber ses adversaires.

Avec Thybulle, Philly tient là un défenseur solide pour répondre aux scoreurs adverses de petites tailles qui ont souvent posé des problèmes aux hommes de Brett Brown (Kemba Walker, Kyle Lowry, Fred Vanvleet, Kyrie Irving). Le rookie a clairement sa place dans la rotation avec des responsabilités en défense. Cette saison, il est aux côtés de Kawhi Leonard concernant le pourcentage d’interceptions causées par match lorsqu’il est sur le terrain (36.8%, via NBA.com). Il est, certes, un peu tôt pour penser à cela mais des interrogations se posent à son sujet quant à son adresse extérieure qui lui fait pour l’instant défaut, et qui pourrait être handicapante au moment de jouer les Playoffs (38.5% aux tirs).

Brandon Clarke, PF, Memphis Grizzlies : 41m, 12pts, 5.8rds, 1.5pds

Le staff des Grizzlies peut toujours compter sur le joueur de 23 ans pour apporter de l’énergie, du rebond, de la défense et du jeu rapide. Clarke fait toujours partie des joueurs les plus efficient sur le terrain, avec une évaluation de 16.3, il est le 2e rookie le plus influent sur le terrain juste derrière son meneur de jeu Ja Morant (via NBA.com). L’intérieur n’a besoin que de quelques centièmes de secondes pour atteindre les nuages.

En sortie de banc, cet intérieur coche toutes les cases du joueur efficace et propre : 67.7% au True Shooting (2e rookie), 65% EFG (3e rookie), et un PIE de 14.4 (évaluation de son impact sur le terrain, 2e rookie). Constat : Brandon Clarke est placé dans le top 3 de toutes ces statistiques avancées. Cette nuit, le rookie est le joueur qui se voit accorder le plus de minutes en sortie de banc. Résultat: 12pts, 6rds, 2pds et 66.7% aux tirs. Propre.

Oubliez les Playoffs et faites progresser ces (très) jeunes joueurs

BasketReal GM
De’Andre Hunter, SF, Atlanta Hawks : 47m, 12.2pts, 3.8rds, 1.8pds

L’apprentissage est toujours en cours pour l’ailier des Hawks. Encore beaucoup trop de fautes : 4.25 lors des cinq derniers matchs, et une adresse encore hésitante : 40.7% aux tirs et 33% à 3pts. Hunter est loin d’être un produit finit en attaque, bien qu’il tente sa chance en moyenne 15 fois par matchs (sur les cinq derniers matchs). Le rookie présente également quelques difficultés à scorer dans la raquette et de gérer les multiples contacts.

L’ancien joueur de Virginia est toujours en train de s’adapter à la vitesse de la NBA, il en a récemment fait les frais contre Lou Williams. Le Hawk est tout simplement resté cimenté au sol.

Néanmoins, retenons que les Hawks ont vaincu les Clippers, puis, quatre jours plus tard, Hunter va enfin dépasser la barre des 20 points avec 25 unités contre la pire défense de la ligue : les Wizards. L’ailier profitera en effet, des mismatchs face à Isaiah Thomas et Davis Bertans.

Darius Garland, PG, Cleveland Cavaliers : 47m, 12.2pts, 1.9rds, 3.6pds

Les résultats collectifs sont toujours aussi compliqués du côté de Cleveland, et pour ne rien n’arranger les choses, leur jeune meneur de 19 ans est embourbé dans une série noire avec une adresse aux tirs indécente : 30.1% (sur les cinq derniers matchs, via NBA.com). 13 points contre les Wizards (pire défense de la ligue), 13 contre les Bulls sans aucun rebond ni passe décisive, puis 6 points à Detroit. Sa défense est également à revoir avec le 2e pire Defensive rating chez les rookies cette saison (113.7 via NBA.com).Garland est peut-être en train de subir le terrible « rookie wall », mais gardons à l’esprit que Garland passe de 5 matchs NCAA la saison dernière à 47 matchs NBA en seulement trois mois! Un point positif à retenir, le développement d’un floater/jumper qui pourrait s’avérer être une arme utile dans son répertoire offensif.

Ils pointent enfin le bout de leur nez

Kevin Jairaj-USA TODAY Sports
Luguentz Dort, SG, Oklahoma City Thunder : 13m, 4.9pts, 1.2rds, 0.9

Dort, qui signifie « gâteau » en tchèque, vient de goûter à ses premières titularisations en NBA. Depuis cinq matchs, le canadien voit son temps de jeu osciller autour des 26 minutes. A 20 ans et en two way contract avec OKC, il est rentré dans la rotation de Billy Donovan grâce à son activité en défense. Il a tenu James Harden à 3/14 aux tirs et 1/11 à 3pts lors de la victoire à Houston (via NBA.com). En plus d’être un défenseur solide sur l’homme, le rookie peut attaquer le cercle et finir sur un dunk athlétique.

Jordan McLaughlin, PG, Minnesota Timberwolves : 13m, 5.1pts, 1.7rds, 3.2pds

Le transfert de Jeff Teague à Atlanta a ouvert une place pour le rookie McLaughin qui est en two way contract avec Minnesota. Le joueur de 23 ans a profité d’un temps jeu significatif pour se montrer avec un temps de jeu autour des 19 minutes apportant 3.4 passes décisives (sur les cinq derniers matchs). Le meneur aura même son moment « Twitter » avec ce surprenant dunk sur le museau de Clint Capela !

He’s back

Kevin Porter Jr, SG, Cleveland Cavaliers : 36m, 8.9pts, 3.2rds, 1.9pds

Après une méchante entorse à la cheville, l’arrière de 19 ans a retrouvé les parquets lundi dernier dans la victoire à Detroit (9 points et 3 interceptions en 16 minutes). La série de 7 défaites est stoppée et Cleveland est heureux de retrouver son jeune joueur prometteur tant il peut apporter en défense dans le jeu rapide grâce à ses qualités athlétiques.

Il faut croire que cette pause de plusieurs semaines a fait le plus grand bien pour le rookie qui a réalisé un match plein contre les Pelicans avec 21 points, avec 5/8 à 3pts.

Blessé et préservé, on ne l’a pas vu jouer

Kendrick Nunn, PG, Miami Heat : 44m, 16.2pts, 2.8rds, 3.5pds

Couronné en janvier dernier du titre de rookie du mois, la progression de l’arrière du Heat a été stoppée par des soucis au niveau du tendon d’Achille contractés dans la rencontre face aux Wizards. Miami souhaite le préserver et le joueur a manqué les trois derniers matchs de son équipe.

Pas encore mis un orteil sur le parquet qu’il doit faire ses valises

Isaiah Roby, SF, Oklahoma City Thunder : –

Le rookie formé à l’université du Nebraska réalise une entrée fracassante dans notre carnet des rookies. Sans avoir poser le moindre orteil sur les terrains NBA avec les Mavericks, il est transféré chez le Thunder en échange de Justin Patton. Oklahoma City n’a pas peur de faire jouer ses jeunes (Bazley, Dort…), peut-être que Roby aura sa chance.

Dix autres élèves à surveiller :

Eric Paschall, PF, Golden State Warriors : 42m, 13.9pts, 4.8rds, 1.8pds

Jarrett Culver, SG, Minnesota Timberwolves : 46m, 9.4pts, 3.6rds, 1.9pds

Sekou Doumbouya, SF, Detroit Pistons: 21m, 7pts, 3.3rds, 0.4pd

Coby White, PG/SG, Chicago Bulls : 49m, 11.1pts, 3.5rds, 2.2pds

Cameron Reddish, SF, Atlanta Hawks : 44m, 9.3pts, 3.9rds, 1.5pds

Terence Davis, SG, Toronto Raptors : 47m, 7.4pts, 3.5rds, 1.9pds

P.J. Washington, PF, Charlotte Hornets : 42m, 12.1pts, 5.5rds, 2.1pds

Jaxson Hayes, C, New Orleans Pelicans : 44m, 8.5pts, 4.6rds, 1pd

Nickeil Alexander-Walker, SG, New Orleans Pelicans : 37m : 5.7pts, 2.1rds, 1.9pds

Darius Bazley, SF, Oklahoma City Thunder : 48m, 4.6pts, 3.8rds, 0.6pd

Laisser un commentaire